Accident à l’étranger: à l’aide!

Jul&Gaux SerialHikers autostop hitchhiking aventure adventure alternative travel voyage volontariat volonteering accident bosnie

traduction translationMi-mars, je suis tombée en Bosnie-Herzégovine, à 1500km de chez moi, et je me suis fait très mal: mon nez s’est retrouvé cassé, mon arcade sourcilière droite s’est ouverte et mon visage était complètement en sang. Un mois après cet accident, je reviens avec vous sur cet épisode qui m’a marquée (au visage et à vie).

 

 

 A l’origine… une chute

C’était un dimanche midi, et avec Julien nous étions équipés, gros sac sur le dos, prêts à reprendre la route. Problème: nous nous trouvions en plein centre-ville de Banja Luka et nous devions sortir de cette ville afin de rejoindre un axe routier très emprunté pour faire de l’auto-stop. Ce jour-là, il pleuvait légèrement et il n’y avait pas beaucoup de moyens de transport disponibles, la faute aux horaires restreints du dimanche. Après avoir attendu en vain un bus pour nous sortir de là, nous avons décidé, presque contraints, de marcher 1h pour rejoindre notre spot pour l’auto-stop. Je ne me rappelle plus très bien pourquoi j’ai chuté: le stress? le rythme de nos pas qui s’est accéléré? une faute d’inattention? Sans doute un peu des trois… Tandis que mon pied droit se bloquait dans une interstice entre deux dalles de béton, mon corps et particulièrement ma tête sont tombés vers l’avant. Impossible de retenir mon corps avec mes bras, empêchée par les lanières de mon petit sac: ma tête a donc tapé le sol en premier. Et ça a fait très mal: mon arcade sourcilière droite s’est ouverte, mes lunettes (qui ne se sont même pas cassées!) ont fait pression sur l’os du nez qui s’est fracturé, le sang s’est mis à couler sur moi… Je me souviens juste avoir crié de douleur tandis que Julien, d’abord sidéré puis pris légèrement de panique, essayait de trouver une solution.
 

 

La prise en charge par les secours

Accident étranger aide SerialHikers roadtrip tour du monde travel assurance insurance hospital hopital urgence emergency
L’évolution
Avec l’aide de deux passants parlant (un peu) l’anglais, les secours ont été appelés et mes plaies ont pu être nettoyées grossièrement avec des mouchoirs. Il y a même un vieux monsieur qui, bien qu’il ne parlait pas du tout l’anglais, n’a pas hésité à retirer son chandail pour me faire un coussin « confortable ». Il s’est même accroupi à côté de moi, m’a tenu la main en répétant « sve je dobro » (tout va bien) tout en soufflant dedans pour la réchauffer… Ce beau geste d’entraide et de sympathie restera longtemps gravé dans ma mémoire! Et finalement, après 5 bonnes – et interminables – minutes, une ambulance est arrivée. La prise en charge n’a pas été des meilleures ni des plus rapides, les 4 secouristes déconcertés nous ayant d’abord posé plusieurs questions (« est-ce que Madame est mariée à Monsieur? Est-ce que Madame a ses papiers sur elle? ») avant de me faire asseoir dans l’ambulance et de commencer à nettoyer mes plaies à l’alcool. J’ai donc été emmenée aux urgences de l’hôpital de Banja Luka où une infirmière et un médecin, qui parlaient relativement bien anglais, m’ont recousu l’arcade en 6 points. L’opération s’est faite sous anesthésie locale et je me suis totalement laissée faire malgré l’angoisse et la douleur. Une fois la peau recousue, le médecin nous a tendu le compte-rendu de l’opération et nous a dirigé vers un ORL dans un autre hôpital de la ville,  l’ambulance a donc été rappelée.
La suite de ma mésaventure s’est drôlement enchaînée:
– nous avons été accompagnés d’un service à l’autre pour trouver l’ORL de garde (c’était un dimanche!)
– l’ORL de garde m’a envoyée passer une radio rayons X pour confirmer un diagnostic de nez cassé,
– la manipulatrice radio, qui ne parlait pas anglais, a mimé trois fois un ventre rond pour s’assurer que je n’étais pas enceinte afin de procéder aux rayons,
– après confirmation de la fracture non déplacée, l’ORL m’a placée dans chaque narine des mèches imbibées d’iode qui m’ont empêchée de respirer paisiblement,
– nous avons dû insister pour payer et recevoir un reçu afin de procéder au remboursement des soins par notre assurance voyage.
Déchargée de l’hôpital, nous avons dû appeler un taxi pour pouvoir rejoindre notre ancien hôte qui, contacté par Julien, a accepté sans problème de nous héberger une nuit de plus à Banja Luka!
 
 

La prise en charge par l’assurance

Nous avons appelé dès le lendemain notre assurance pour les informer et poser quelques questions quant au remplissage de la déclaration en ligne afin de se faire rembourser les frais médicaux:
– Est-on obligés de fournir les billets d’avion aller/retour du pays où l’accident a eu lieu alors que nous n’en avons pas? [Réponse du conseiller: non, une copie de la page tamponnée du passeport suffit] – Est-ce que les compte-rendus écrits en bosniens suffisent? [Réponse du conseiller: oui mais la procédure prendra plus de temps, car les compte-rendus devront être traduits. Afin de faciliter la procédure, il est conseillé de faire compléter par un médecin un questionnaire médical adapté en anglais] – Comment se faire rembourser sur la base de prix en marks bosniens? [Réponse du conseiller: les frais vous seront remboursés en euros en tenant compte du taux de change en vigueur à la date du paiement]
– Les frais de taxi au retour de l’hôpital seront-ils pris en charge? [Réponse du conseiller: non, conformément aux conditions de votre contrat CapAventure] – Comment déclarer alors que des consultations de suivi sont nécessaires et d’autres frais risquent d’être avancés? [Réponse du conseiller: votre dossier sera traité à réception de toutes les factures et compte-rendus, que vous pourrez joindre par la suite par email]Nous avons donc réalisé une première déclaration en ligne en fournissant les compte-rendus de l’opération et de la radio du nez, ainsi que les factures correspondantes – grâce à l’indispensable application Camscanner.
J’ai de nouveau consulté des médecins à l’hôpital public local, accompagnée par mes hôtes d’alors, 3 et 8 jours après l’accident pour le retrait des mèches et des points de suture. Hormis un spray pour le nez, rien de plus ne nous a été facturé – sans doute pour éviter des démarches administratives pénibles. On a également saisi l’occasion pour faire compléter le fameux questionnaire médical en anglais!
Après cela, tous les documents ont été transmis via email à l’assurance pour un remboursement qui devait s’effectuer, sauf erreur, sous 15 jours. On ne vous cache pas qu’il a fallu relancer l’assureur après ce délai passé… et qu’une erreur du service Gestion dans le remboursement (nous n’avions reçu qu’un versement correspondant à la facture du spray nasal!) nous a contraint à les relancer une nouvelle fois. Un mois après l’accident on peut dire que mon nez s’est bien remis, que la peau recousue cicatrise bien et que nous avons été intégralement remboursés!
 
 

Ce que nous avons appris

enregistrez le numéro de secours du pays traversé, et assurez-vous de pouvoir les appeler avec votre téléphone (cet exemple montre l’importance de pouvoir appeler à l’étranger, comme on vous l’explique dans cet article rubrique téléphone)
ayez vos papiers, carte d’assurance, carnet de vaccins et groupe sanguin à portée de main: tous les secours vous demanderont vos papiers, quand bien même vous ne pouvez pas bouger…
– rester calme, dédramatiser et laissez-vous faire: on a tendance à paniquer un peu plus dans un pays où on ne comprend pas la langue… les professionnels de santé sont là pour vous prodiguer les meilleurs soins!
– Dans la mesure de vos capacités, appeler votre assureur pour expliquer la situation. Il saura vous renseigner et aider dans vos démarches.
– Dans tous les cas, gardez précieusement tous les rapports médicaux et prescriptions. Pensez également à demander une facture pour tout acte pratiqué!
 
 
 
*Post written according to our personal experience only*
 
Vous avez aimé? Commentez, partagez, ou bien suivez nos aventures :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit − cinq =