Pourquoi voyager n’est pas du temps perdu!

DSC5259 Pourquoi voyager n'est pas du temps perdu! Réflexions
world-flags-globe-final Pourquoi voyager n'est pas du temps perdu! Réflexions    Julien et moi, on a toujours eu envie de voyager par nos propres moyens, dès que nous sommes devenus indépendants. Le problème (outre financier), c’est que l’on nous a trop souvent répété que « tout arrêter pour voyager nous nuirait dans notre cursus professionnel »! « Trou » sur le CV, perte des connaissances acquises… On a même entendu dire que les recruteurs nous jugeraient soit de « fainéants », soit « d’adultes gâtés qui osent se payer le luxe de partir en vacances aussi longtemps »! Et que répondre à nos parents, avec leurs arguments formatés du taux de chômage élevé et de la crise économique qui vous empêcheraient de retrouver un travail convenable? Si l’avenir professionnel semble si noir, pourquoi voyager sur un long terme? On va donc mettre les choses au clair: non, voyager ce n’est pas du temps perdu! Et on vous donne plusieurs explications, pour désormais pouvoir faire face aux préjugés!

 

Les enseignements du voyage

« Le voyage, c’est la meilleure école de la vie » (Jul&Gaux pour Jeunes à l’étranger.com)

 

Améliorer son anglais

Demander à n’importe quel touriste visitant la France: les français sont-ils bons en anglais? Bien souvent, on vous répondra « qu’un français ne sait pas parler anglais »! Oui mais pourtant on apprend l’anglais dès nos 10 ans et c’est la langue étrangère principalement étudiée à l’école. Les cours de Madame Rosbeef n’auraient servi à rien? Non, car apprendre une langue est une chose, la pratiquer en est une autre! D’ailleurs, c’est pour cela que certains français sont nuls en anglais: nos films et séries sont tous doublés en français, les radio françaises diffusent au moins 40% de musiques chantées dans notre langue maternelle, sans parler de notre (fort) accent qui déforme certains mots anglais…
Que vous le voulez ou non, l’anglais est actuellement la langue internationale! Voyager ne fera qu’améliorer votre niveau: avec une pratique quasi-courante, vous vous habituerez à « penser » dans cette langue, à enrichir votre vocabulaire et à améliorer votre prononciation pour vous faire comprendre.

 

Acquérir de nouvelles compétences

Avant de voyager, on faisait pousser quelques plantes aromatiques dans une jardinière et on pensait avoir la main verte. C’était sans compter sur les missions de volontariat effectuées au cours de notre voyage! Aujourd’hui nous avons quelques notions de permaculture (comme associer des plans de tomates avec du basilic pour les protéger des nuisibles) et on peut même gérer, à deux, une petite ferme!
Les missions de volontariat ne s’arrêtent pas qu’au jardinage ou l’aide à la ferme, car nous avons également rénové une vieille maison (ponçage, enduit, peinture), cuisiné pour un hôtel/restaurant, dirigé une auberge de jeunesse et fait du babysitting… parmi toutes les activités référencées sur le site de volontariat que nous utilisons! 
Et nous qui adorons cuisiner, nous avons même appris de nos hôtes des recettes typiques et locales. On peut désormais se vanter de savoir faire une « vraie » pizza et pourquoi pas envisager d’ouvrir un restaurant de spécialités étrangères à notre retour en France (on peut toujours rêver non?!)
Si vous suivez notre aventure, vous avez sans doute vu nos photos et vidéos sur notre blog: on est pourtant parti de rien, car ni moi ni Julien n’avions de connaissances dans ce domaine!

 

Développer son esprit d’initiative

Avoir l’esprit d’initiative c’est trouver des solutions par vous-même puis les mettre en application et démontrer que ce sont de bonnes idées. Pour une entreprise qui a besoin de croître, une personne avec un esprit d’initiative développé est perçue comme une vraie qualité!
En voyage, vous êtes confronté sans cesse à des situations qui nécessitent de trouver des solutions pratiques: pour nous, cela a été de développer des astuces en autostop pour arrêter une voiture plus facilement ou se trouver un toit pour passer la nuit!

 

S’adapter rapidement

…ou comment sortir de sa zone de confort! Car une chose est sûre: en voyageant vous allez être confronté à des situations bien différentes, à un choc culturel, à des personnes d’un autre milieu social que le vôtre; parlant une langue différente, avec des habitudes ou des coutumes qui vous laisseront perplexe au premier abord… Voyager, c’est donc s’adapter à un nouvel environnement et aux hommes qui le peuplent! Réussir à s’intégrer dans ce nouveau contexte montre à quel point vous êtes déterminé et persévérant, autant de qualités très appréciées par les recruteurs 🙂

 

Apprendre à se connaitre

Nous sommes tous formatés par des codes socio-culturels bien définis et une éducation plus ou moins stricte; dans ce contexte il devient donc difficile de savoir réellement ce que l’on veut. Le voyage peut donc vous permettre d’en savoir plus sur vous-même et d’apporter des réponses à certaines de vos questions: livré à vous-même, en vous confrontant à de nouvelles cultures, en vivant vos propres expériences, vous ne pouvez que sortir de votre voyage plus grandi et responsable concernant vos choix de vie!

 

Face au recruteur

Les enseignements, c’est bien beau, mais vous vous demandez toujours comment agir face à un recruteur? Pas de panique! On récapitule tout:
Mettez en avant tout ce que vous avez entrepris: ce sont autant de qualités qui vous distinguent des autres, et peuvent facilement se justifier en entretien face à un employeur.
– Avant l’entretien, faites le point et listez tous vos acquis du voyage avec des exemples personnels: « j’ai voyagé dans ce pays, j’ai entrepris cette action sur place, ça m’a apporté cette compétence/ce savoir-être, etc » ou « j’ai voyagé là, j’ai vécu cette situation difficile, j’ai surmonté cette épreuve en faisant… ». Le but est de démontrer que l’on est une personne capable, ouverte d’esprit, en perpétuel apprentissage, qui sait s’adapter et gérer n’importe quelle difficulté!
– Si un employeur vous coince avec la question du « trou » dans votre CV, ne soyez pas déstabilisé! Vous savez désormais quels arguments donner!
– N’oubliez pas d’expliquer vos motivations et la façon dont vous avez financé votre voyage: non le voyage n’est pas un caprice d’enfant gâté, financé par de riches parents, mais bien l’aboutissement d’un projet personnel réfléchi, financé par vos soins, grâce au travail fourni avant ou pendant votre périple!

 

Face à vos proches

Vos proches s’inquiètent, ne comprennent toujours pas: c’est normal! Notre génération, qui évolue dans une société différente, ne respecte plus les « étapes classiques » auxquelles se vouaient nos parents (école/travail/mariage/enfants). Il faut donc les rassurer, en leur donnant de bons arguments tels que « je pars pour découvrir et en apprendre plus », « je serai totalement autonome d’un point de vue financier, jamais je ne vous demanderai de l’argent », « je suis couverte par une assurance santé ». Montrez que vous savez ce que vous faites! Enfin, comme dans toute relation, la clé essentielle reste la communication: impliquez-les dans votre périple, faites part de votre avancée, montrez-leur des exemples de réussite professionnelle ou de reconversion réussie après un long voyage (auteurs, expatriés, aventuriers, entrepreneurs). Avec le temps, ils finiront bien par s’y faire 😉

Bon voyage!

 

*Article rédigé d’après notre expérience personnelle uniquement*
Share this!

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar