0 Partages

world-flags-globe-translation Prépare-toi à un choc culturel: nourriture, habitudes de vie, traditions, taarof, alphabet différent… Nos repères se perdent facilement; le dépaysement est total! C’est sans doute ce qui fait la beauté de l’Iran, un pays exotique dont on a envie d’en percer tous les secrets… Cependant, avant d’explorer l’inconnu, on te conseille de lire notre petite liste de choses à savoir ABSOLUMENT pour ton voyage en Iran!

Informations pratiques

Payer en Iran

Sais-tu qu’en Iran, les cartes bancaires VISA et Master Card ne fonctionnent pas? (ô joie des mesures “sanction” en Iran…)

Il faut donc prévoir de l’argent liquide avant de partir, de préférence euros ou dollars, à échanger au fur et à mesure dans des bureaux de change (meilleurs taux que dans les banques). Dans notre cas, comme nous étions sur les routes depuis 16 mois, nous n’avions plus un seul Euro sur nous. Heureusement, nous avons trouvé une banque en Arménie pour retirer des billets et les échanger en euros, sans commission.

Bon à savoir: en arrivant en Iran, nous sommes devenus millionnaires! Eh oui, les prix atteignent facilement plusieurs centaines de milliers de rials! (100000 rials, ~2€ en mars 2018). Certainement pour éviter d’effrayer les clients avec des factures à plusieurs zéros, les iraniens préfèrent s’exprimer en Tomans, qui correspond à 10 rials (on enlève donc un zéro). Mais même en enlevant un zéro, cela reste toujours énorme pour certains iraniens qui préfèrent te donner un chiffre… Donc en résumé, si on te dit “5”, cela correspond à 50000 rials – ou 5000 tomans. Tu suis?  

Installer un VPN

Beaucoup de sites web sont bloqués en Iran, comme les sites de réservation en ligne, ainsi que la plupart des réseaux sociaux (Facebook, Twitter) et messageries instantanées (Messenger). Seuls Telegram et Instagram font figure d’exception – pour le moment… Si tu souhaites surfer sur Internet librement, on te conseille fortement d’installer un VPN avant ton départ!

Être une femme en Iran

Tu le sais sans doute déjà, mais toute femme se déplaçant en Iran est soumise à des règles très précises. En voici quelques-unes:

  • Porter le Hijab dans l’espace public (note: pas besoin de couvrir entièrement tes cheveux, des mèches peuvent dépasser sans problème!)
  • Porter des vêtements longs – manches longues, tuniques associées à un pantalon/legging opaque ou robes longues
  • Se placer à l’arrière du bus (sauf si tu es en couple hétérosexuel). Des wagons entiers sont réservés exclusivement aux femmes dans le métro de Téhéran, mais tu peux te placer dans les autres wagons (mixtes) si tu le souhaites.  

Saluer une personne

Pour saluer une personne de sexe opposé, attend-toi à ce que celle-ci te tende la main: certains iraniens sont très religieux, et refuseront de prendre la main tendue d’une personne de l’autre sexe.

Dans certains cas, lorsque tu développes une amitié assez forte avec un iranien, il se peut que celui-ci te fasse la bise (3 fois, sur la joue). En revanche, cette façon de saluer n’est pratiquée qu’entre femmes ou hommes entre-eux.

Le langage corporel

Avant de lever ton pouce en guise d’appréciation, sache qu’ici ce geste est perçu comme une insulte (l’équivalent de notre doigt d’honneur)! Cependant, avec l’utilisation d’Internet et des réseaux sociaux (et du fameux pouce bleu), la plupart des jeunes iraniens comprennent que tu ne cherche pas à les insulter. Si tu aimes quelque-chose, ou que tu es enthousiaste, dis-le tout simplement! Pour l’autostop, montre du doigt ta direction, ou fais signe aux voitures de ralentir, cela fonctionne très bien!

À l’intérieur

Première règle: avant d’entrer quelque part, tes chaussures doivent toujours rester sur le palier! Tes semelles sales ne doivent surtout pas toucher les beaux tapis perses sur lesquels les iraniens ont l’habitude de manger – et de dormir!

Et à propos d’hygiène… Si tu n’es pas habitué aux toilettes à la turque, demande à te faire expliquer leur fonctionnement. Du port de chaussons spéciaux à l’utilisation du jet, l’apprentissage promet d’être… fun et très instructif!

Week-ends et calendrier musulman

Si pour la plupart des gens le vendredi soir signifie le début du week-end; pour les iraniens, le vendredi marque la fin de la semaine! Eh oui, bureaux et commerces ferment le vendredi. Mais le vendredi de quelle année? Bonne question! Le 21 mars 2018 de notre calendrier, nous célébrions le 1er janvier 1397 en Iran. On te laisse donc calculer!

Le Taarof

Le Taarof est une pratique culturelle de politesse très ancrée en Iran. Si on t’en parle, c’est parce que le Taarof est composé de propositions qui ne sont pas réellement sincères mais justes dites par courtoisie, et il est très difficile pour un non-iranien de distinguer ce qui relève du Taarof ou non. Cela peut mener parfois à des situations difficiles d’incompréhension et de malentendus… Mais pas de panique! On t’explique à travers différents exemples comment distinguer le Taarof!

Probablement Taarof

Les taxis et les marchands

Après un trajet en taxi ou au moment de payer votre achat, le chauffeur / vendeur refuse de prendre ton argent et dit: « you are my guest, welcome to Iran ! » (tu es mon invité, bienvenue en Iran !).

Très probablement Taarof. Comme partout, lorsque tu prends un taxi ou achète quelque-chose, tu dois payer. Insiste au moins 3-4 fois pour être sûr. Dans la majorité des cas, ce n’est qu’une façon d’être poli avec toi, et ils accepteront ton argent après la première insistance!

On refuse ton cadeau

Tu es invité par des iraniens et souhaite leur offrir un cadeau ou des chocolats (friandises très appréciées en Iran, surtout en période de Norouz!), mais ceux-ci refusent poliment ton geste.

Probablement Taarof. Insiste, dis-leur que ce cadeau vient du cœur: ils finiront par accepter avec plaisir!

Peut-être Taarof

Les invitations

Au cours d’une visite, d’une balade dans la rue ou dans un parc, un iranien vient te parler et t’invite chez lui pour un thé/un repas/une nuit.

Peut-être Taarof. N’accepte pas directement, répond d’abord «c’est très gentil, merci». Si il s’agit de Taarof, la discussion s’arrêtera là. Il est aussi important de bien juger la situation: si ton interlocuteur est occupé ou en plein milieu de son travail, passe ton chemin; c’est du Taarof. S’il insiste vraiment, peut-être qu’il souhaite réellement t’inviter!

Au restaurant

Tu manges au restaurant avec des amis iraniens. À la fin du repas, ceux-ci insistent pour payer l’addition…

Peut-être Taarof. Pour en être sûr, refuse plusieurs fois poliment « it’s very nice but no, mersi » (c’est très gentil mais non, merci) et observe la réaction de tes interlocuteurs. Si ceux-ci se montrent insistants malgré tes refus répétés, c’est qu’il ne s’agit peut-être pas de Taarof. Mais ne laisse en aucun cas tes amis payer si ils sont étudiants ou n’ont pas de gros revenus…

Proposition d’excursion

Tu mentionnes devant tes hôtes/amis iraniens que tu souhaites voir un site en particulier en Iran. Ils te répondent: “Great! We can drive you there tomorrow!” (Nous pouvons t’emmener là-bas demain!)

Peut-être Taarof. Avant de répondre, juge bien la situation: tes amis travaillent-ils le lendemain (vendredi est le jour non travaillé en Iran)? Ont-ils une voiture, les moyens de t’emmener? As-tu développé un lien assez fort d’amitié avec eux, de manière à ce qu’ils souhaitent passer un peu plus de temps avec toi? Dans tous les cas, refuse nettement. Si ils insistent de manière très persistante, peut-être qu’ils souhaitent réellement t’emmener, ou qu’il s’agit encore de Taarof… Laisse-leur toujours une porte de sortie: “it’s very nice, let’s see how things go tomorrow” (c’est très gentil, voyons comment évoluent les choses demain).

Probablement pas Taarof!

On t’offre quelque chose

Tu es invité chez des iraniens, et à la fin de ton séjour, ceux-ci t’offrent un objet en souvenir.

Probablement pas Taarof. Surtout si l’objet a été choisi par leurs soins et n’est pas précieux… Dis-leur « mersi », et rajoute « but I can’t » (mais je ne peux pas) et surtout observe leur réaction. Si ils insistent, c’est qu’il s’agit réellement d’un cadeau et pas de Taarof!

Accepter par erreur une proposition qui était du Taarof

Le Taarof est tellement ancré dans la culture iranienne qu’il est parfois exercé de manière automatique, totalement inconsciente. Si tu acceptes une proposition qui était en réalité du Ta’arof, voici ce qu’il pourrait se passer ensuite avec ton interlocuteur iranien:

  • Il exécutera son offre (comme payer pour toi ou t’inviter chez lui), mais il t’en voudra secrètement et pensera que tu es un opportuniste
  • Il ne te donnera plus de nouvelles, ne répondra jamais à tes messages ou tes appels, sans aucune explication (ghosting). C’est moins rude pour un iranien que de décliner directement.
  • Il trouvera une excuse pour ne pas te rendre le service qu’il a promis

Comment refuser poliment une offre?

En Iran, il n’est pas très poli de refuser une offre par un simple « non ». Sois toujours honnête mais délicat dans ton refus – et n’hésite pas à rajouter, en rigolant: «no Taarof»!

Exemples: “Merci, mais je suis végétarien, je ne peux pas manger de Khebab”, “Merci pour ton offre, mais j’ai déjà prévu autre chose”, “J’ai l’appoint, laisse-moi payer”, “C’est vraiment délicieux, mais je n’ai plus faim”…

Et dans quelques situations, il vaut mieux accepter l’offre plutôt que d’opposer un refus direct, ce qui pourrait vexer tes compagnons iraniens. Cela nous est arrivé lors des fêtes de Norouz où, alors que nos ventres étaient pleins, nous étions encore invités à manger et prendre le thé! Nous avons laissé nos hôtes remplir nos assiettes de friandises, et sommes repartis de chez eux sans avoir mangé un seul chocolat!

* Article rédigé d’après notre expérience personnelle *

0 Partages

Laisser un commentaire