1 Partages

traduction translationAvec Julien, nous avons toujours eu envie de voyager par nos propres moyens, dès que nous sommes devenus indépendants. Le problème (outre financier), c’est que l’on nous a trop souvent répété que voyager allait nous créer “un trou sur le CV”… Sans compter les parents qui s’en mêlent: et votre avenir, vous y pensez? Rassurez-vous, chers parents: non seulement nous y pensons, mais en plus, grâce au voyage et tout ce que nous allons apprendre sur la route, nous le préparons! 

Apprendre de son voyage: les enseignements

“Le voyage, c’est la meilleure école de la vie” (Notre interview pour Jeunes à l’étranger.com)

Améliorer son anglais

Comment ça, les français sont nuls en anglais? Mais enfin, non, ce n’est pas vrai: on sait très bien que “Ryan is in the kitchen“! Bon d’accord, on est nuls en anglais, mais ce n’est pas de notre faute: on ne pratique jamais l’anglais à l’école, tous les films sont doublés en français, et puis “lane-gouège” ça se prononce langage, ok?
Qu’on le veuille ou non, à un moment donné, pour voyager, il faut s’y mettre: même si nous n’étions pas trop mauvais en anglais au départ, notre niveau n’a fait que s’améliorer (ok, il faut encore qu’on améliore notre prononciation, mais Rome ne s’est pas fait en un jour!).

Acquérir de nouvelles compétences

Avant de voyager, on savait à peine faire pousser quelques plantes aromatiques dans une jardinière (le pire, c’est qu’on pensait avoir la main verte). C’était sans compter sur les missions de volontariat effectuées au cours de notre voyage! Aujourd’hui nous avons quelques notions de permaculture et on peut même gérer, à deux, une petite ferme.
Nos missions de volontariat ne se sont pas arrêter qu’au jardinage ou l’aide à la ferme: nous avons également rénové une vieille maison (ponçage, enduit, peinture), cuisiné pour un hôtel/restaurant, dirigé une auberge de jeunesse, fait du babysitting, appris à naviguer sur un voilier, appris à coder pour faire un magnifique blog
Et nous qui adorons cuisiner, nous avons même appris de nos hôtes des recettes typiques et locales. On peut désormais se vanter de savoir faire une “vraie” pizza et pourquoi pas envisager d’ouvrir une pizzeria à notre retour en France (on peut toujours rêver non?!).

Développer son esprit d’initiative

Avoir l’esprit d’initiative, c’est trouver des solutions par nous-même et les mettre en application, tout en démontrant que ce sont de bonnes idées. Avec le voyage, nous avons été confrontés à des situations difficiles, à des chocs culturels, à des personnes d’un autre milieu social que le nôtre; parlant une langue différente, avec des habitudes ou des coutumes différentes… Il a fallu apprendre à s’adapter très vite à de nouveaux environnements. Pour une entreprise qui a besoin de croître, une personne avec un esprit d’initiative développé est une vraie qualité! Une qualité qui prouve, également, sa détermination et sa persévérance, en toute circonstance.

Savoir se vendre

Sur la route, nous sommes sans cesse confrontés à des situations nécessitant de trouver des solutions rapides et pratiques, comme développer des astuces en autostop pour arrêter une voiture plus facilement ou se trouver un toit pour passer la nuit. Il a fallu surtout dépasser notre timidité et apprendre à se vendre auprès de nos potentiels hôtes et conducteurs: une qualité indéniable, qui nous permettra d’ouvrir plus de portes à l’avenir!

Apprendre à se connaitre

Nous sommes tous formatés par des codes socio-culturels bien définis, une éducation stricte: dans ce contexte, il est souvent difficile de savoir réellement ce que l’on veut…Le voyage nous a permis d’en savoir plus sur nous-mêmes et d’apporter des réponses, des nouvelles idées, de nouveaux projets… (mais chut, nous n’en dirons pas plus!).

Comment valoriser son voyage?

Les enseignements, c’est bien, mais tu te demandes comment valoriser ton voyage auprès d’un futur employeur et ses questions affutées, auprès de tes proches inquiets?… En fait, il faut avoir conscience que la première personne à convaincre, c’est d’abord toi-même! Car une fois que tu es sûr de toi et de ton projet, tu n’auras aucun mal à convaincre les autres!

Face à un employeur

  • Mettre en avant tout ce que tu as entrepris: ce sont autant de qualités qui te distinguent des autres, et peuvent facilement se justifier grâce à des exemples concrets: “j’ai monté un site internet”, “j’ai donné des conférences sur le voyage/des cours d’anglais”, …
  • Fais le point et liste tous tes acquis du voyage avec des exemples personnels: “j’ai voyagé dans ce pays, j’ai réalisé ce projet sur place, ça m’a apporté cette compétence/ce savoir-être” ou “j’ai voyagé là, j’ai vécu cette situation difficile, j’ai surmonté cette épreuve en faisant…”. Le but est de démontrer que l’on est une personne capable, ouverte d’esprit, en perpétuel apprentissage, qui sait s’adapter et gérer n’importe quelle difficulté!
  • N’oublie pas d’expliquer tes motivations et la façon dont tu as financé ton voyage: non le voyage n’est pas un caprice d’enfant gâté, financé par de riches parents, mais bien l’aboutissement d’un projet personnel réfléchi, financé grâce à la sueur de ton front.
  • Ne sois pas déstabilisé: assume ce choix personnel, et expose clairement tes arguments.

Face à tes proches

Tes proches s’inquiètent, ne comprennent toujours pas pourquoi tu pars?C’est normal! Notre génération, qui évolue dans une société différente, ne respecte plus les “étapes classiques” auxquelles se vouaient nos parents (école/travail/mariage/enfants). Il faut donc les rassurer, en leur donnant de bons arguments tels que “je pars pour découvrir et en apprendre plus”, “je serai totalement autonome d’un point de vue financier, jamais je ne vous demanderai de l’argent”, “je suis couvert par une assurance santé”. Montre que tu sais ce que tu fais!

Et comme pour toute relation, n’oublie pas que la clé essentielle reste la communication: implique-les dans ton périple, fais part de ton avancée, montre-leur des exemples de réussite professionnelle ou de reconversion réussie après un long voyage (auteurs, expatriés, aventuriers, entrepreneurs). De toute façon, ils finiront bien par s’y faire!

Pour aller plus loin…

 
Hitchhiking is great for business“, du blog Kasper Souren (article en anglais)
 

* Article rédigé d’après notre expérience personnelle *

1 Partages
Article suivantRead more articles

Laisser un commentaire