Bilan quatre ans de voyage et… Fin de l’aventure

0 Partages

17 Octobre 2020. Voilà quatre ans jour pour jour que nous sommes partis de Tours, la ville d’origine de Julien, et point de départ de notre aventure en stop autour du monde. Comme pour boucler la boucle, nous avons repris la direction de Tours, de manière inattendue et précipitée, afin d’assister aux obsèques de la grand-mère de Julien qui venait de décéder. Un retour au pays qui nous a obligés à quitter les Philippines, en avion, mais surtout à mettre fin à cette aventure… Le bon moment pour faire le bilan quatre ans, partager notre état d’esprit, nos projets et nos envies pour la suite!


Bilan quatre ans de stop

Quand nous sommes partis de France il y a quatre ans, en tendant le pouce, on souhaitait surtout aller le plus loin possible (on s’était initialement fixé comme destination l’Australie, car ce pays se trouvait à l’opposé du globe), faire des rencontres, diminuer notre empreinte carbone, vivre l’aventure de notre vie. 
Alors même si nous n’avons pas atteint l’Australie ni fini notre périple en stop, on est quand même fiers d’avoir atteint les Philippines sans avion! Au total, nous avons:

  • traversé 26 pays
  • parcouru 62381 km, soit 1,5 fois la circonférence de la Terre
  • parcouru 3581 mille marins à bord de 4 voiliers et 1 Ro-Ro (roulier), soit 6632km supplémentaires
  • et stoppé 1202 véhicules: des voitures, des motos, des camions, des tuk-tuk… Et plein d’autres véhicules « insolites » que nous nous sommes amusés à répertorier dans la catégorie « bonus » de notre guide de l’autostop!

Par rapport à notre dernier bilan, nous n’avons pas beaucoup avancé: environ 2500 km de plus sur terre, plus l’équivalent de 891 km en mer (481 mille marins). Il faut dire que l’épidémie de Covid-19 et les mesures de confinement nous ont obligés à mettre en pause notre voyage dès mars 2020…

Bilan « humain »

Difficile de parler de ce bilan sans un petit pincement au cœur et un grand nombre de souvenirs émus: notre parcours a été rythmé par de magnifiques rencontres – de nos conducteurs d’autostop aux capitaines de voiliers qui nous ont pris à bord, de nos partenaires de route qui ont fait un bout de chemin avec nous à tous nos 251 hôtes qui nous ont offert l’hospitalité. Du fond du cœur, un grand merci à tous! 

Nos super hôtes

Chiara, Greta, Giorgo et Hemal; Marta, Sara, Ilaria et Sylvia; Stefania; Cosimo; Elisa, Mateo et Rio ; Massimo et Rossana; Enrico; Susanna; Nicole; Roberto; Alan et Magda; Gessica, Giulia, Alice et Damiano; Mascha; Benjamin; Federico; Erica; Giulio; Caterina

Manca et ses parents; Ajda et ses parents; Darko; Tomaz et Mirjam; Niko; Metka et Bogda; Mojca, Luka et Sara; Rem et ses parents

Zeljan; Sasa; Frane; Stipe et ses parents; Ante; Bruno; Boris; Ben; Mijo; Ines; Maja et Luke; Dorian; Marie-Louise; Tanja et sa soeur

Alina et George; Rebecca

Adel et sa femme; Ajika; Lutz; Denis; Maja; Amar et ses frères; Nemanja

Dejana; Juliette; Aleksa et sa famille; Ivan et sa famille; Danilo et sa femme; Milos et Uros; Drago; Djordje

Tina; Cathy; Anne-Sophie

Robin; Joe; Enea; Ednild; Ali; Arjoni

Kostas, Anna et Kiki; Giorgos; Holly; Jéromine; Chryssi, Ify et Ozgur; Fotis; Emeline; Nikos; Pauela; Labrini; Eleni; Denise et sa famille; Iannis; Iannis

Rob; Yasen; Krum; Kali; Angel; Gergana et sa famille; Rositsa et ses parents; Anton

Selma; Nuria; Murat; Aygen; Tuba; Murat; Canan et son mari; Sibel; Omer; Ayse; Sema et Ozkan; Huseyin; Bayza; Elif; Dilek; Bilen; Eray; Müge; Ahmet; Refik; Can; Kadir; Kenan; Hakan; Talha; Mustafa; Tugba et Tahla; Suleyman; Halil et ses amis

Iri; Avto, Soso, Nini et Lala; Raphaël; la famille de Zaza; Felipe, Ned et Ted; Taylor et Melody; Keti et sa famille

Mariam et ses parents; Ani et Nerek; Nikea et Anzhelika; Koryan; Vardan; Elma et sa mère; Edgar; Gayane

Mahdi; Leyla et Reza; Hoda et sa famille; Aliyeh, sa famille et son mari Mohamed; Rola; Nosheen et Kevi; Hajar; Mohammad; Pedram; Ehsan; Kami et ses parents; Reza et sa femme; Mamal; Fahrang; Mohammad

Hadji; Shrin et sa famille

David et sa famille; Dina et son mari; Kymbat; la famille d’Aigerim; Azamat et sa femme; Javid; Azamat; Manon; Turgan et sa femme

Yousuf; Aibek; Saltanat et son mari; Aiperi; Nurjigit; Guliya; Jolaman et sa femme; Yegi

Khumoyun et sa famille; Gulam; Sanjar; Shukhrat; Guli

Daylight; Paula et sa coloc; Shehzad et ses amis; Wang; Hong; Milos; Kai; Yihuan; Anthony; Lee et Raiy; Tian; Lin-Lin; YanLong; Mei et sa famille; Mia; Seven-Li et Molly; Chen et Rey; Claire; Skylar

Bao; Hanh et sa soeur; Michael; Cam Thắm; Giang; Tran Sy; Van Anh; Quang; Vivi et Hai; Anh; Tung; Duy et ses parents; Peter et ses élèves; Quang; An; Randy

Bounnam; Mickael et Sofi; Dollar et Santa

Benz et son père; Chanda; Vedant

Valentin; Anutida; Hordi; Preaw

Mazliza et Madi; Grant; Alimin et sa famille; Ashlie et son père à Singapour

Jonathan; Martha; Ben; Jody; Chris; Philippe Z; Philippe G; Evelyne et ses enfants

Rob et sa femme Sonia; Jhowanis; Ric; Edmin; Iya; Joan; Selma et Aida; Jenny et Claudia; Léonel et Janette; Gary; Jhon; Roger et Judith; Jéremy; Rick; Eric, Imee, Thezou, Max, Myriam, Julien; Marili

SerialHikers stop autostop world monde tour hitchhiking aventure adventure alternative travel voyage sans avion no fly Philippines hotes host cordillera
En voulant sortir des sentiers battus, nous nous retrouvons à Guina-ang, au nord de Bontoc, après une journée de randonnée dans les rizières. Affamés, nous nous dirigeons auprès du seul commerce ouvert du village: une petite épicerie tenue par Selma et Aida, deux amies chaleureuses et bienveillantes, qui n’hésiteront pas à nous offrir l’hospitalité pour deux nuits au village!

Bilan argent

Il s’agit sans doute du bilan le plus attendu: combien a coûté notre aventure au final?… Inutile de faire durer le suspens plus longtemps, voici les chiffres: 

  • Nous avons dépensé au total 9209,50€ à deux en 4 ans – soit 4604,75€ chacun
  • Cela représente, en moyenne, 3,40€ dépensés/jour/personne (ou 1 151 € /an/personne) pour vivre, voyager et se faire plaisir de temps en temps (le budget bière n’aura pas été négligeable!)
  • À cela s’ajoutent quelques frais personnels (achat de matériel et vêtements d’occasion), et les frais d’assurance (entre 800 et 900€/an pour deux). Nous n’incluons pas les billets d’avion pour la France qui ne font pas partie de l’aventure et qui, pour ce retour anticipé, nous seront intégralement remboursés par l’assurance.

Question revenus, nous en parlions déjà dans notre précédent bilan: après trois ans de voyage à vivre exclusivement sur nos économies, Julien est devenu Digital Nomad fin 2019 (d’abord comme tuteur de français pour des élèves désireux d’apprendre notre langue via une plateforme de cours en ligne, puis comme assistant web pour un entrepreneur français). Ce changement de situation a été très bénéfique pour nous: non seulement l’argent n’était plus une source d’inquiétude; mais en plus cela a valorisé nos nouvelles compétences… Une véritable reconnaissance pour la suite! 

Bilan carbone en stop

C’est devenu une habitude dans nos bilans: nous calculons notre empreinte en stop à partir de la distance totale parcourue, et calculons ensuite l’empreinte carbone de cette même distance en avion. Bien sûr, les résultats obtenus peuvent difficilement être comparés car l’avion est bien plus direct: un vol Paris-Manille équivaut à 10763 km pour te donner une idée. Cependant, les chiffres sont assez parlants:

  • Nous avons émis 878kg CO2/personne en quatre ans de stop selon nos calculs (tu peux retrouver nos méthodes de calcul dans notre article « Comment calculer son empreinte carbone en stop« )
  • Nous aurions émis 10.000kg CO2/personne en avion selon le calculateur Ecolab de l’ADEME (un des calculateurs les plus fiables que l’on peut trouver en ligne)

Comment calculer son empreinte en stop?

Bilan quatre ans: nos impressions, nos projets, la suite

Que dire?… Nous avons vécu quatre années riches, intenses, épanouissantes. On ne cache pas que le retour en France s’annonce un peu compliqué; entre la douleur du deuil, les nouvelles mesures sanitaires, l’écart de vie entre ici et les Philippines… Pour le moment, nous sommes confinés ensemble, à Tours. Nous profitons de ce confinement pour nous réadapter doucement, réfléchir à nos futurs projets: cela prendra un peu de temps, certainement. Il y a une chose dont nous sommes sûrs: nous ne voulons pas reprendre un travail qui nous enferme et ne correspondrait pas à nos convictions; nous souhaitons garder notre indépendance, travailler sur des projets qui ont du sens, et continuer à s’impliquer bénévolement à côté. On continuera également nos effort pour consommer différemment, comme on le faisait en voyage, en favorisant le plus possible les marchés et les petits artisans, en réduisant notre consommation, en réparant et achetant d’occasion. Bien entendu, dès que cela sera possible, nous rouvrirons la porte à tous les voyageurs qui souhaiteraient nous voir, écouter nos histoires, partager une bière ou découvrir Paris/Tours!…

Et que va devenir le blog, les « SerialHikers » dans tout ça? On te rassure tout de suite: on a encore plein d’histoires, de réflexions et d’anecdotes à partager! Un jour peut-être, nous raconterons notre aventure différemment – via un film, ou un livre de voyage. Et puis, quand le moment sera plus importun pour voyager à nouveau, nous reprendrons la route, sur le pouce, à la voile ou à vélo!

* Article rédigé d’après notre expérience personnelle *

0 Partages
Étiquettes:

2 commentaires sur “Bilan quatre ans de voyage et… Fin de l’aventure”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *