Guide de l’autostop: nos conseils pour arrêter une voiture facilement!

guide experience serialhikers tour du monde world trip voyage alternatif autostop hitchhiking volontariat volonteering adventure aventure

traduction translationVous avez décidé de pratiquer l’autostop pour voyager: excellente idée! On ne peut que vous y encourager et vous aider à vivre pleinement cette belle expérience faite de rencontres, d’échanges et d’entraide!

 
Mais avant tout, on préfère vous prévenir: dans certains pays, l’autostop n’est pas une pratique courante… Sans compter les jours “avec” et les jours “sans”: on ne peut pas avoir un moral au top ni être chanceux tous les jours!  Soyez donc patient, zen, et dites vous bien que ce n’est pas parce que vous avez attendu 3h sans arrêter une seule voiture que votre journée est “fichue”. Il suffit parfois d’une personne, d’un conducteur, d’un acte généreux pour tout changer!
 
Accès rapide:

 

Les conducteurs

Par expérience, nous avons distingué trois catégories de conducteurs parmi ceux croisés sur la route:

Les conducteurs qui s'arrêtent tout le temps

dès qu'ils voient un carton ou un pouce levé, car ils ont déjà fait de l'autostop dans leur vie ou car ils aiment rendre service, rencontrer des gens! On pense qu'ils représentent la moitié des conducteurs.

Les conducteurs qui ne s'arrêteront jamais

car ils ont un a-priori négatif sur l'autostop. Ils pensent que les autostoppeurs pourraient les agresser pour voler de l'argent par exemple ("si ces gens ne prennent pas les transports en commun, c'est louche non?"), ou que les autostoppeurs ne sont pas de bonne fréquentation. On ne sait pas quelle proportion représente cette catégorie, mais on espère la plus petite possible!

Les conducteurs qui ne se sont jamais encore arrêtés

ou quelque fois seulement, et qui peuvent hésiter en vous voyant... Nous les appelons les "indécis", et ils représentent une bonne moitié des chauffeurs rencontrés!

C’est donc sur la dernière catégorie qu’il faut compter le plus.

“Le succès de l’autostop dépendra alors non pas seulement du conducteur, mais de votre attitude et du spot choisi”

 

 

Nos conseils

La positive attitude

La positive attitude, c’est:
  • sourire (si vous êtes un peu grincheux, essayez de vous raconter des blagues drôles ou de penser à une chose stupide)
  • être présentable: en d’autres termes, ça veut dire garder son visage à découvert, avoir une barbe taillée ou rasée pour les hommes, être propre, être habillé de façon décente, …
  • porter des couleurs claires: si possible évitez le noir, le vert foncé et les tenues de camouflage; il faut rester visible (ne pas être confondu avec un arbre par exemple…). 
  • éviter de manger ou d’avoir la bouche pleine en faisant de l’autostop;
  • éviter de s’énerver quand l’attente devient beaucoup trop longue à votre goût: si cela se produit, changer de spot ou prenez un autre moyen de transport!

Autostop conseils pour arrêter une voiture facilement roadtrip hitchhiking SerialHikers car adventure aventure

  • être original pour se distinguer comme faire des dessins ou un bonhomme de neige l’hiver, danser, jongler, faire des numéros de cirque (on espère que vous êtes plus doués que nous!), ou faire un grand panneau en couleurs comme nous, pour indiquer dans la langue locale que vous êtes des grands voyageurs en Tour du Monde! Les locaux sont d’autant plus fiers et enthousiastes de voir des étrangers faire des efforts d’intégration, et s’arrêtent donc plus facilement 😉
  • être poli et saluer les conducteurs sur la route (signe de la main): une manière d’engager la conversation autrement, en saluant tous les conducteurs avec le sourire et en les regardant droit dans les yeux, comme pour n’importe quelle nouvelle rencontre! 
  • mettre son sac de baroudeur à l’honneur: histoire de bien faire comprendre aux conducteurs que  vous êtes des routards aventuriers et accessoirement leur permettre de se figurer le volume occupé par votre sac dans le coffre!…

Trouver le spot parfait

En autostop, trouver un bon spot (c’est-à-dire l’endroit où on se place) est primordial! Il doit garantir à la fois notre sécurité et permettre aux conducteurs de bien voir les autostoppeurs et de s’arrêter.
Mais alors, comment choisir un bon spot?
  • Sortez des villes en prenant les transports en commun ou en marchant. À l’intérieur des villes la circulation est dense, les axes et directions trop nombreux… Et la présence de transports en commun développés dissuadent généralement les conducteurs de s’arrêter (“ils nous embêtent ceux-là, pourquoi est-ce qu’ils ne prennent pas le train comme tout le monde?”). On ne dit pas que l’autostop y est impossible… mais plus difficile c’est certain!
  • Se tenir près d’un endroit où les conducteurs peuvent s’arrêter comme un arrêt de bus, une voie de secours ou des places de parking libres
  • Se placer idéalement sur une portion de route où l’allure est ralentie, comme les voies d’insertion, les sorties de rond-point, les débuts de montée, les entrées de virage, etc. Le but ici est de permettre aux conducteurs ‘indécis’ (vous savez, la troisième catégorie de conducteurs dont on vous parle un peu plus haut!) d’avoir un temps de réflexion acceptable et d’appuyer plus facilement sur le frein pour s’arrêter.  Et puis ça vaut aussi pour votre propre sécurité 😉
  • Se rendre visible de loin, c’est-à-dire éviter les sorties de virage ou de voies rapides… Pour les mêmes raisons que celles citées précédemment!
  • Faire de l’autostop dans un endroit sûr et autorisé. Certains pays et états interdisent l’autostop, ou le rendent interdit à certains endroits comme sur l’autoroute (ce qui n’empêche pas d’en faire avant l’entrée!). Renseignez-vous bien avant!
  • Se placer dans la bonne direction! Ça parait évident, mais ça ne l’est pas toujours… Étudiez bien le parcours avant de lever le pouce, sur le site internet de l’autostop Hitchwiki.org ou sur une carte. En cas de doute, n’hésitez pas à demander aux locaux leur avis: ils connaissent mieux que vous la région et sont généralement de très bons conseils!

Pancarte ou pas pancarte? Pouce ou pas pouce?

Certains autostoppeurs utilisent toujours une pancarte avec la direction, d’autres non… Nous, on a testé les deux techniques (avec et sans) et on s’est donc fait notre propre avis:
Si la route comporte plusieurs directions ou intersections après le spot de départ, ou si il s’agit d’une autoroute avec plusieurs sorties. Elle peut également être très utile si votre point d’arrivée se trouve sur un axe emprunté entre deux grosses villes… On a d’ailleurs un exemple concret où après avoir attendu une bonne heure et changé deux fois de spot, une voiture s’est finalement arrêtée car on a eu l’idée d’écrire notre destination sur une pancarte en carton (notre destination se trouvait à 8km et n’était pas la prochaine grande ville desservie distante, elle, de 50km).
Si votre point d’arrivée est la prochaine grande ville desservie par la route où vous vous trouvez, ou si vous êtes dans un pays où le stop est plutôt facile (allez voir notre carte pour connaître le niveau de difficulté de chaque pays!). Un pouce levé suffira à arrêter les conducteurs qui vous avanceront dans tous les cas!
Nous avons toujours un marqueur sur nous pour se fabriquer une pancarte de direction avec un bout de carton trouvé dans les poubelles, aux abords de magasins. Il est préférable de se créer une pancarte en carton plutôt que d’emporter une ardoise effaçable: l’ardoise est plus petite donc moins visible, plus encombrante et il est impossible d’écrire dessus sous la pluie!
Quant au pouce levé, il est pour le moment le signe officiel et reconnu des autostoppeurs dans les pays que l’on a traversés. Cependant en Iran, le pouce levé est à éviter: ce signe est insultant! Faites plutôt des signes de la main; de toutes façons les conducteurs n’hésiteront pas à s’arrêter pour vous aider  😉

Se mettre en condition favorable

Vous désirez à tous prix avancer? Mettez toutes les chances de votre côté! 👍

  • Renseignez-vous sur les autres possibilités de transport (covoiturage, train, bus): cela vous rassurera et vous ne serez jamais perdant (et perdu!) en cas d’échec de l’autostop.
  • L’autostop de nuit est fortement déconseillé, on ne joue pas dans un film d’horreur! Si vraiment il n’est pas possible de faire autrement, mettez-vous le plus possible sous un éclairage public.
  • L’attente devient trop longue? Changez de spot! Il suffit parfois de faire quelques pas pour permettre à une voiture de s’arrêter plus facilement… mais aussi de laisser les ondes négatives qui commençaient à vous envahir derrière vous.
  • Privilégiez les journées ensoleillées dans la mesure du possible (et c’est bien la chose la plus étonnante que l’on aura appris en autostop)! On pensait vraiment au début que les gens auraient plus de pitié pour les autostoppeurs trempés sous la pluie… résultat: c’est tout l’inverse qui s’est produit, avec une attente beaucoup plus longtemps les jours de pluie! D’après nous, les rayons du soleil auraient un effet positif sur l’humeur des conducteurs – et des autostoppeurs! – sans compter que la pluie doit rendre les autostoppeurs moins visibles et moins sexy sous leur capuche… En réalité, il est sans doute plus facile de freiner sur une route sèche qu’une route trempée!
  • Prenez avec vous un drapeau ou un objet emblématique de la région ou du pays traversé et utilisez-le à bon escient: dans certains pays ou régions du globe, on a pu constater l’existence d’un sentiment patriotique assez fort chez les locaux… qui s’arrêtent à la seule vue de l’objet en question! Attention toutefois: on a bien dit d’utiliser cette astuce “à bon escient”! Le sentiment patriotique peut varier très fortement d’une région à l’autre; si vous ne vous renseignez pas suffisamment, vous risquez de créer tout simplement l’effet inverse et de rester très longtemps sur le bord de route!

L'autostop actif

L’autostop actif consiste à aborder des conducteurs sur un parking ou dans une station essence. Deux solutions peuvent s’offrir à vous:
  • demander directement aux conducteurs si ils veulent bien vous emmener,
  • se faire aider des locaux (pompistes, garagistes, policiers, douaniers) qui par leur métier abordent les conducteurs quotidiennement dans la langue locale et permettent d’instaurer une certaine confiance: vous êtes en quelque sorte recommandés par eux.

En autostop actif, il faut avoir une certaine dose de courage pour formuler sa demande car à l’inverse de la technique du pouce levé, on doit faire face parfois à la rudesse de plusieurs ‘non’ exprimés avant de trouver quelqu’un. Néanmoins, cela permet vraiment de diminuer l’attente et aux conducteurs ‘indécis’ d’avoir un premier échange verbal avec vous, ce qui peut les influencer dans le bon sens!

Les règles du camion-stop

Arrêter un camion est devenu, pour nous, une habitude en Asie de l’Ouest et Centrale (ah, les fameux chauffeurs routiers turcs…). Cela nous a permis de couvrir de longues distances pour lesquelles il aurait fallu plusieurs voitures et heures d’attente en temps normal… Seulement, faire du camion-stop à deux comporte quelques règles essentielles à connaître avant de tenter l’expérience “poids-lourd”:

  • Enlever ses chaussures en entrant dans le cockpit, en particulier si vous voyagez sur la couchette arrière
  • Ne jamais manger ou répandre de nourriture/boisson sur la couchette arrière: respectez la propreté du lit de votre chauffeur tout de même!
  • Si vous êtes sur la couchette arrière, soyez discret! Bien souvent, il est illégal d’être à trois dans le cockpit et votre chauffeur risque une grosse amende! Essayez de vous cacher le plus possible si vous croisez des policiers sur la route.

 

 

L’autostop selon les pays

En matière d’autostop, il existe des pays plus faciles que d’autres à traverser. En se mettant dans les meilleures conditions et en suivant nos conseils ci-dessus, nous avons pu classer les pays traversés en différentes couleurs, sur notre carte ci-dessous de tour du monde que vous retrouverez au bas de l’article. Pour plus de détails sur la pratique de l’autostop, on vous invite à lire nos articles par pays pour avoir notre avis sur la question!
 
Légende de la carte:

Autostop très facile: levez le pouce, et la première voiture s’arrête comme par magie!

Autostop facile: quelques minutes à 30 minutes d’attente maximum

Autostop moyen: 1h d’attente en moyenne

Autostop difficile: jusqu’à 2h d’attente…

Autostop très difficile: mission presque impossible!

 

Les leçons de l’autostop

Pour conclure, l’autostop nous a appris qu’on ne pouvait pas faire de généralité sur les conducteurs qui s’arrêtent: on a (presque) tout vu, de l’homme pauvre à l’homme riche, de la voiture “épave” à la grosse berline. En revanche, on peut dire que ce sont en majorité les hommes qui s’arrêtent: ce n’est pas tant que les femmes n’ont aucune empathie, bien au contraire, mais la peur quand on est une femme seule au volant prend le dessus.
Plusieurs conducteurs à la retraite nous ont parlé de leur jeunesse où l’autostop était bien plus facile et beaucoup plus répandu.
Le phénomène d’autostop s’est estompé avec le développement des réseaux de transport, la “démocratisation automobile” et de rares incidents médiatisés qui ont engendrés une peur de l’autre.
Nous, nous sommes convaincus qu’il ne faut absolument pas abandonner l’autostop et continuer à en faire partout dans le monde! C’est une des belles choses qui font interagir les Hommes entre-eux, dans un monde régi par des échanges marchands. Dites-vous bien que même si un “indécis” ne s’est pas arrêté pour vous, votre pouce levé et votre positive attitude l’auront peut-être amené à réfléchir et changer d’avis sur l’autostop! 😊
 
 

Bonus Serialhikers

Nos petits jeux durant l’attente

L’attente peut être parfois longue à supporter, alors pour garder notre positive attitude nous nous sommes inventés des petits jeux:
  • Compter chacun le nombre de voitures de marques différentes et commenter le score comme si c’était un match sportif (exemple: nombre de Punto vs nombre de Panda en Italie, où la marque Fiat est bien implantée)
  • Chanter chacun une chanson/un couplet ou se raconter des histoires (drôles ou pas, mais on préfère les histoires drôles quand même!)
  • Danser
  • Mimer des personnages connus (ou pas…)
  • Commenter l’attitude des conducteurs et des passagers, donnez-leur un surnom: avec nous, les gens endormis sont appelés les “morts”, une voiture avec des enfants à l’arrière est appelée “la crèche”… Ça donne des phrases très drôles comme “tiens, je viens de voir un mort dans une crèche!” (vous l’avez?)

La sunset car

La sunset car, qu’est-ce donc? En anglais, cela signifie littéralement “la voiture coucher de soleil”. En pratique, il s’agit de la dernière voiture arrêtée généralement peu avant la tombée de la nuit. Les voyageurs qui n’ont alors pas d’hébergement peuvent amener le conducteur de la sunset car à offrir l’hospitalité, en échange d’un repas cuisiné par leurs soins ou d’un peu d’aide par exemple… Ça nous est arrivé plusieurs fois, en Italie, en Grèce, en Arménie et en Iran!

Les courses d’autostop

Et oui, ça existe! Les règles diffèrent selon les courses, mais en général il s’agit soit d’aller le plus loin possible soit d’être le premier à parcourir une distance bien définie, tout ça grâce à l’autostop évidemment.
En France, il existe plusieurs courses: on connaît le Pouce d’Or, course organisée par l’École Centrale de Nantes (France), course à laquelle le frère de Jul’ a participé, et la Mad’ Jacques, course ouverte à tous.
On souhaite bonne chance à tous les participants et on espère qu’ils s’inspireront de nos conseils pour réussir l’autostop! 😉 

Nos autostops insolites

Des voitures, on en a arrêté un bon nombre depuis notre départ… Mais il y a eu des voitures plus insolites que d’autres! Voici notre palmarès:
Voitures de luxe

Deux baroudeurs crâneurs 😎

0
Kosovo (Jaguar)
0
Géorgie (Subaru)
Voitures de police

L'escorte au top!

0
Kosovo
0
Géorgie
Poste

Des touristes et des lettres!

0
Turquie
Car de touristes

Des touristes et... deux intrus

0
Grèce
0
Turquie
0
Iran
Camping-car

Boissons incluses

0
Grèce
0
Bulgarie
0
Iran
Pick-up

Les cheveux au vent!

0
Grèce
Tuk-tuk (gratuit)

Un pousse-pousse pris sur le pouce

0
Iran
Taxi (gratuit)

Un compteur qui ne compte pas

0
Turquie
0
Iran
Bus (gratuit)

Un chauffeur gentil = un transport gratuit

0
Turquie
0
Iran
Poids lourds

Des autostoppeurs parmi la marchandise...

0
Monténégro
0
Grèce
0
Bulgarie
0
Turquie
0
Géorgie
0
Arménie
0
Iran
0
Turkménistan
0
Kazakhstan

* Article rédigé selon notre expérience personnelle uniquement *

Vous avez aimé? Commentez, partagez, ou bien suivez nos aventures :)

2 thoughts on “Guide de l’autostop: nos conseils pour arrêter une voiture facilement!

  1. Bonjour! Article très sympathique!
    C’est étonnant comme les expériences diffèrent! J’ai voyagé en autostop pendant 15jours en Slovénie et Croatie avec 2 amies ( et chacune un sac a dos de 60l) en juin 2012 et en Slovénie nous étions très rapidement prises en stop ( même au milieu de nulle part en montagne!) Nous avons attendu maximum 30min ( et minimum 10 secondes!!) Alors qu’en Croatie nous avons attendu 3h avant de tomber sur 2 commerciaux ( vendeurs de serviettes hygiéniques sympathiques qui nous ont rempli le sac a dos en partant!). Bref nous avons dû faire le restant du séjour en bus. Je rajouterais une technique de stop observée chez les locaux, mademoiselle enceinte met son bidon en évidence pendant que son homme attend derrière qu’un conducteur s’arrête!

    1. Bonjour bonjour! Merci pour ton message! 🙂
      Effectivement, en autostop plusieurs paramètres rentrent en compte pour son succès: le temps (pour nous, froid et pluie en Slovénie n’ont certainement pas aidés…), la période de l’année (en Croatie, il y a tellement de monde l’été que les croates eux-mêmes avouent être beaucoup plus “fermés”), le genre des autostoppeurs (2 filles > couple fille-homme > 2 hommes pour la question attente), le spot choisi, etc…
      Pas mal la technique du bidon en avant! à tester, un jour… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *