world-flags-globe-translationParmi les sites que l’on nous avait conseillés de voir en Géorgie, nous avions listé Vardzia, une immense cité troglodyte. Mais étant déjà passés par la Cappadoce turque et Upliststikhe (une autre citée géorgienne creusée dans la roche, près de Gori), nous avions peur d’être déçus… La décision d’y aller a tout de même été prise: après tout, si le site ne nous plaisait pas à première vue, rien ne nous obligeait à en payer l’entrée… Et nous pouvions toujours faire demi-tour pour visiter Vanis Kvabebi – un site identique, à proximité, beaucoup plus petit mais gratuit!

chronometre
2h – 4h

Nous n’avions pas encore bifurqués sur la route de Vardzia que déjà nous étions sous le charme du paysage qui s’offrait à nous: la route en piètre état, reliant les villes d’Akhaltsikhe et d’Akhalkalaki, nous faisait passer au creux d’une chaîne de montagnes sombres et impressionnantes, celles qui font la beauté si particulière de la Géorgie. Notre enthousiasme était à son comble: après nous être amusés du « wagon servant de pont » à Diliska et admiré la forteresse de Khertvisi, nous voilà transportés au fin fond d’un magnifique canyon, sur une route de montagne surplombant la tumultueuse rivière Kura. Au détour d’un virage, Vardzia se dévoile enfin, sur le flanc opposé du canyon. Impossible de la manquer: ses nombreuses cavités créent l’illusion d’une « fourmilière géante » taillée dans la roche; comme un sensationnel jeu de labyrinthe suspendu au-dessus du vide… que nous avons désormais hâte d’explorer.

backpacking Jul&Gaux SerialHikers autostop hitchhiking aventure adventure alternative travel voyage volontariat volonteering caucase georgie georgia Vardzia cave

backpacking Jul&Gaux SerialHikers autostop hitchhiking aventure adventure alternative travel voyage volontariat volonteering caucase georgie georgia Vardzia cave Notre chauffeur du moment n’hésita pas à s’arrêter à un des nombreux belvédères présents sur la route. Particulièrement bavard, il nous expliqua que la partie visible de Vardzia ne représente qu’en réalité 20% du site; le reste s’étant écroulé suite à un tremblement de terre… Seulement 20%? Ce que nous voyons nous semble déjà immense! La visite promet d’être longue; et cela commence dès l’entrée où, après avoir payé notre ticket, nous marchons un petit moment (en montée!) avant d’atteindre la première cavité… Car oui, Vardzia ne se résume pas qu’aux fantastiques restes d’une cité troglodyte, ni à la visite d’un complexe monastique du XIIe siècle encore actif: la visite s’avère être sportive; avec au programme de la marche, des montées, des escaliers et chemins très étroits!

backpacking Jul&Gaux SerialHikers autostop hitchhiking aventure adventure alternative travel voyage volontariat volonteering caucase georgie georgia Vardzia caveMais ce que l’on a le plus adoré – hormis la vue dégagée sur le canyon depuis le bord des terrasses – c’est la découverte, au cœur de ce dédale, de deux passages souterrains cachés:

  • un situé à l’intérieur du monastère, via une échelle en bois: cet étroit passage, assez long, nous a fait passer par les terrasses les plus hautes du site;
  • un autre passage situé au fond d’une cavité, en fin de parcours, menant à l’ex chambre de la reine Tamar

Finalement, après une visite longue et intense, nous en sommes ressortis ravis mais avec un regret: celui d’avoir fait l’impasse sur l’audioguide, qui auraient pu nous donner des explications très utiles sur le fonctionnement du site et de son histoire… Vardzia n’avait pas fini de nous livrer tous ses secrets!

Informations: cité troglodyte de Vardzia
Entrée: 7 GEL/personne (prix en Février 2018), entrée libre pour Vanis Kvabebi
Accès par la route 58 en cul-de-sac, par autostop (attention, route peu fréquentée en basse saison) ou taxi/mini-bus
 
 
 

Retrouvez tous nos articles sur la Géorgie!

 

* Article rédigé d’après notre expérience personnelle *

Cet article t'a plu? Dis-le nous en commentaire ou partage le!
  • 1
    Share

Laisser un commentaire