Voyage lent ou slow travel: de la définition à la pratique

28 Partages
As-tu déjà entendu parler de “Slow travel” ou en français Voyage lent, cette nouvelle tendance qui consiste à ralentir le rythme en voyage, dans un monde moderne où tout doit aller vite, parfois trop vite…? C’est sans doute la solution à l’éternel problème du voyageur contraint par le temps: un retour aux fondamentaux du voyage; une découverte de l’inconnu mêlée à de la détente. De la définition à la pratique, attardons-nous justement sur… le voyage lent!

Voyage lent ou slow travel, c'est quoi?

“Le voyage lent ou slow travel est une façon de voyager, où l’accent est mis sur le fait de prendre son temps, de privilégier la qualité de l’expérience plutôt que la quantité d’activités planifiées”

Fin mai 2016, lorsque nous avons pris la décision de partir pour un voyage au long cours, la première pensée qui nous a traversé l’esprit a été celle-ci: “Vu que l’on démissionne, nous n’aurons bientôt plus de rentrées d’argent… Mais nous aurons du temps!”. Et tu connais forcément ce dicton: “le temps, c’est de l’argent”. En démissionnant, on venait de s’offrir du temps.
Très vite, nous nous sommes tournés vers le voyage alternatif – une philosophie de voyage qui allait nous permettre de concilier nos convictions écologiques, notre budget limité et notre envie d’échanger. Seulement, afin de respecter ces objectifs, nous nous sommes mis à voyager… lentement.

  • Lentement car, au lieu de traverser le globe en avion en quelques heures, nous traversons plusieurs frontières, contournons plusieurs barrières (physiques, géopolitiques) en utilisant des moyens alternatifs plus lents pour se déplacer (marche, auto-stop, voilier-stop)
  • Lentement car, au lieu de nous imposer une date de fin qui aurait conditionné toute notre aventure, nous avons préféré voyager sans limite de temps (et sommes toujours sur la route pour le moment).
  • Lentement car, au lieu de suivre des guides papier et des itinéraires tout tracés, nous avons préféré construire notre propre route en fonction des rencontres, des opportunités, des saisons

Pourquoi se mettre au voyage lent?

Toutes les raisons sont bonnes pour entreprendre un voyage lent! Écologie, budget, besoin de ralentir, de se ressourcer, suivre son cœur, voir le monde autrement… Ce sont d’ailleurs à peu près les mêmes raisons qui nous ont poussées à ne plus prendre l’avion!

Diminuer son empreinte carbone

Forcément, lorsque l’on voyage lentement, on s’affranchit également des technologies polluantes qui nous permettent d’aller “toujours plus vite, toujours plus loin”. Mais au-delà du moyen de transport utilisé, c’est aussi tout le mode de vie du voyageur lent qui lui permet de moins polluer: courses au marché local plutôt que chaîne de restaurant, nuit sous la tente ou chez l’habitant plutôt qu’en hôtel, visite de lieux moins exposés au tourisme plutôt que de lieux sur-fréquentés etc

Faire des économies

… Et on le prouve depuis le début: en voyageant lentement et sans avion, en s’arrêtant quelque part pour faire du volontariat, en privilégiant l’échange culturel en passant nos nuits chez l’habitant, on a ainsi pu réaliser de belles économies sur nos dépenses quotidiennes – et nous permettre de voyager plus longtemps, sans que l’argent ne devienne le facteur limitant!

Se ressourcer

Prendre le temps en voyage, c’est aussi se dégager du temps pour soi, du temps pour se ressourcer: il n’est désormais plus question de suivre un planning serré, de visiter à tout prix tous les endroits listés dans un guide voyage, de craindre de louper son vol ou ne pas voir sa valise arriver…

Découvrir le monde autrement

Dès lorsque nous ne dépendons plus de contraintes de temps, on se surprend à voir le monde autrement – en faisant plus de rencontres, en acceptant plus facilement des invitations formulées en chemin, en prenant le temps d’observer, de découvrir la vie locale, en sortant régulièrement des sentiers battus par le tourisme de masse.

Voyage lent, la mise en pratique

Saisir la bonne opportunité

Eh oui! Pour voyager lentement, il faut avoir du temps. Et pour avoir du temps, il faut faire des choix de vie… Et ça tombe bien; parce qu’au cours de notre vie, il nous arrive d’être confrontés à des situations qui peuvent se transformer en véritable opportunité!

Un contrat de travail qui prend fin, et aucun plan certain pour la suite: avec des perspectives d’emploi peu réjouissantes et un chômage qui pointe le bout de son nez, c’est le moment idéal pour rebondir. Déménager? Changer de métier? Et si tout simplement on en profitait pour voyager en prenant son temps? 

Profiter d’une année de césure ou de la fin des études pour voyager lentement est une excellente solution pour réaliser une pause dans son cursus scolaire, tout en apprenant/améliorant des compétences (dans une langue étrangère par exemple) pour booster son CV!

Le voyage peut faire partie pour certains (comme nous) d’un ensemble de projets de vie – au même titre qu’acheter une voiture ou une maison, se marier, ou avoir des enfants. Un projet qui se mûrit avec le temps, que l’on réalise une fois toutes les bonnes conditions réunies!

Travail répétitif, journée qui se répète à l’infini: qui n’a jamais rêvé de s’échapper de son quotidien, en parcourant de grands espaces? En voyageant lentement, le voyageur façonne ses journées qui ne ressemblent à aucune autre: activités différentes, rencontres, repas exotiques, grand air… Des journées uniques, moins stressantes, où rient n’est écrit à l’avance!

Pour ceux qui ont vécu une rupture amoureuse ou perdu un être cher, partir en empruntant des chemins inconnus pourrait être vécu comme une sorte de thérapie; un moyen de passer à autre chose, retrouver son moral, partir loin de ce qui nous rattache à l’autre… Le voyage lent et ses rencontres imprévues sont peut-être la clé d’une guérison!

Le voyage solo vers l’inconnu peut faire peur: peur pour sa propre sécurité, peur de sentir seul(e) et incompris(e)… Et voilà qu’un beau jour, on trouve le compagnon de route idéal – celui qui partage nos envies, nos convictions… Et bien entendu, notre engouement à concrétiser ce nouveau projet!

Et si le voyage lent permettait de mieux se connaître, loin de nos proches et de nos repères? Après tout, c’est comme si on repartait de zéro: on observe et s’adapte à son nouvel environnement, on teste ses propres limites, on apprend de nos expériences et des enseignements des autres… L’occasion parfaite pour (se) prouver ce que l’on peut faire, et jusqu’où on est capable de le faire!

Tu te souviens de l’aventurier Alexander Supertramp, le héro du film “Into the wild”, qui avait tout plaqué après ses études universitaires pour voyager lentement à travers les États-Unis, et apprendre à se détacher du système? Peut-être que toi aussi, tu ne fais pas partie de ces gens qui considèrent la réussite personnelle comme le fait de posséder tous les biens de la Terre: après tout, les expériences vécues en voyage ne perdront jamais de leur valeur, et personne ne pourra te les voler!…

Tu pensais avoir tout vécu avec l’autre? Nous, on te met au défi de tester ton couple/amitié en partant pour une durée indéterminée, 24h/24 ensemble, avec beaucoup de compromis à faire, et beaucoup de sautes d’humeur à supporter! À ton avis, ça passe ou ça casse?

Tu stagnes dans ta vie professionnelle? Tu aimerais élargir ton champs de compétences? Et si tu prenais du temps pour… effectuer des missions de volontariat sur la route (séjour à la ferme, projet de rénovation, aide à la protection de l’environnement, etc)  ou consacrer du temps libre passé sur la route pour développer ta créativité (photographie, écriture, musique, etc)?

Apprendre à prendre son temps

Disposer de son temps, après avoir mené une vie où nous en étions pas maître, est un vrai gain de liberté… pas toujours évident. Au début, il est même assez fréquent de voir nos vieux travers revenir à la surface: “pour demain, je prévois de faire ci et ça”, “je prévois de rester deux jours là, et de repartir ensuite”… Mais alors, comment faire pour s’en débarrasser? Comment faire pour… apprendre à voyager lentement?

Si ta propre expérience va te permettre d’avoir des réponses, la nôtre nous a permis d’identifier des comportements-clés à adopter:

  • Rester disponible, flexible: oublie les réservations, les plannings serrés et les to-do-list, le meilleur en voyage reste l’inattendu!
  • Dire oui aux opportunités qui s’offrent à toi: invitation à dormir chez l’habitant, à partager un repas, à faire un bout de chemin avec un inconnu, etc
  • Parler aux locaux, leur demander des conseils: quoi voir, quoi faire, quoi manger, etc
  • Suivre tes intuitions, tes humeurs: tu souhaites rester quelque part? Reste! Tu souhaites te reposer plutôt que visiter? Pas de problème!
  • Te déplacer lentement, en privilégiant la marche en ville par exemple

Pour aller plus loin dans cette réflexion…

Du voyage à la slow life: philosophie et conseils pratiques par Astrid, du blog Histoires de Tongs
Slow travel: ça change quoi de voyager lentement? par Mat, du blog Les voyages de Mat

* Article rédigé d’après notre expérience personnelle *

28 Partages
Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *