42 Partages

Destination Kazakhstan: notre guide voyage

drapeaux-monde-globe-traductionAvant de rentrer au Kazakhstan, on s’imaginait un pays très vaste et semi-désertique, avec des steppes à perte de vue. On s’était fait à l’idée du “Circulez, il n’y a rien à voir”. On était, à vrai dire, loin de se douter que le Kazakhstan avait en réalité plusieurs facettes… Dont on a pris plaisir à découvrir chacune d’entre elles!

Que faire au Kazakhstan?

  • Villes

Almaty

Coup de coeur pour l’ancienne capitale du Kazakhstan et sa profusion de verdure: on a adoré se balader sur les boulevards arborés, errer dans les jardins publics et randonner dans les montagnes d’Almaty! Mais ce que l’on a le plus préféré, ce sont nos escapades à Kok Zhailau, un plateau qui domine la ville, et au Pic Furmanov – une montée qui nous emmène au-dessus des nuages, avec une balançoire au sommet pour se balancer au-dessus du vide!…

  • Patrimoine
  • Nature
  • Insolite

La base aérospatiale russe de Baïkonour (non fait)

On ne rentre pas dans la base aérospatiale russe de Baikonour comme on rentrerait dans un karaoké kazakh: permis russe et visite guidée obligatoires, contrôles stricts, site ultra-surveillé… À moins de dépenser une fortune en passant par une agence touristique spécialisée, on a préféré dire “Dasvidaniya” à notre projet d’exploration de cette base soviétique toujours pilotée par la Russie – et qui a vu s’envoler Youri Gagarine, le premier homme à voyager dans l’espace, à bord du Vostok 1 en 1961.

Notre hit kazakh

ZinZin, évidemment! Un tube parodique où Zhonti nous vante la beauté des femmes kazakhes (D'où es-tu? Shymkent! Les filles de Shymkent sont Zin zin zin zin...)

Le saviez-vous?

  • Famille nombreuse

C’est la norme au Kazakhstan: deux parents et… plein d’enfants! D’ailleurs, à la fatidique question “et vous, vous avez des enfants?”, nous avons beaucoup de mal à expliquer que nous nous sitons dans la norme en France, en n’ayant pas encore d’enfant à nos âges…

  • Kazakh ou Kazakhstanais?

On t’en parlait dans notre récit d’aventure au Kazakhstan: ici, ethnie et nationalité ne se mélangent pas! Ainsi, tu peux rencontrer des kazakhs du Kazakhstan, mais aussi des Russes kazakhstanais, des Tatars kazakhstanais, des Ouzbeks kazakhstanais, etc… On est d’accord: cette différence est un peu déroutante pour un français né en France, qui se définira comme français quelle que soit l’origine de ses parents.

  • Un président qui ne quitte plus le pouvoir...

Jusqu’en 2019, c’est le sultan président Nursultan Nazarbayev qui tenait les rênes du Kazakhstan – avant qu’il ne démissionne officiellement de ses fonctions. Depuis, l’influence de cet ancien leader est telle que la capitale Astana a même été renommée Nursultan en son honneur…

  • Les castes kazakhes

Zhuz (ou Jüz en français) est un terme désignant, à l’origine, une alliance de nomades vivant sur un territoire donné du Kazakhstan. Il existe trois Zhuz: la petite Zhuz, la Zhuz moyenne et la Grande Zhuz. Au fil du temps, les Zhuz ont été assimilées à des castes… Ainsi, les grands dirigeants politiques (dont le président actuel) se retrouvent souvent issus de la Grande Zhuz, tandis que plusieurs poètes kazakhs appartiennent à la Zhuz moyenne.

  • Des steppes et des chameaux

Le Kazakhstan, comparé à la France, c’est un pays avec 3 fois moins d’habitants mais un territoire 5 fois plus grand. En revanche, 1/3 du pays est constitué… de steppes semi-arides et de chameaux. D’ailleurs, les chameaux fournissent une excellente source de viande pour les kazakhs (qu’ils cuisinent pour leur plat traditionnel Beshbarmak) et le lait de chamelle est également apprécié une fois fermenté (Shubat)!

Le voyage alternatif au Kazakhstan

Le budget

Bon à savoir

Un plov végétarien: 1200 Tenge
Une pinte de bière: 350 – 600 Tenge

L’autostop

Pas de difficultés majeures rencontrées de ce côté-là! Si les conducteurs kazakhs s’arrêtent bien volontiers, n’oublie pas de préciser que tu ne paieras pas (en russe, “dengi niet”) pour éviter toute confusion!

Le bivouac

Au Kazakhstan, le bivouac n’est pas interdit: tu peux planter ta tente littéralement n’importe où! On en a donc profité pour poser notre tente au bord du lac Kaindy, dans la canyon de Charyn mais également sur la route, derrière des stations-service, lorsque nous n’avions pas d’hôtes.

L’hospitalité

L’hospitalité est une tradition au Kazakhstan: si tu ne trouves nul part où planter ta tente, il y a de grandes chances que des kazakhs t’invitent directement chez eux!
En ce qui nous concerne, nous avons alterné les expériences d’hébergement “planifiées” dans les grandes villes grâce au réseau CouchSurfing et les invitations d’hébergement “spontanées” sur la route – grâce à nos conducteurs d’autostop ou de sympathiques kazakhs rencontrés dans la rue. En revanche, et même si les expériences d’invitation spontanée se sont toujours très bien déroulées (hospitalité entière, lit et repas inclus sans contrepartie), nous avons remarqué qu’elles avaient toujours une durée limitée: une nuit, pas plus!

Nos coups de coeur

En pratique, nous avions 30 jours d’exemption de visa pour traverser le Kazakhstan – un droit que nous avons légèrement outrepassé, en cumulant un total de 32 jours dans ce pays (ce qui nous a valu un avertissement en bonne et due forme!). À vrai dire, nous n’avons pas vu le temps passer dans le sud du Kazakhstan où se trouvent tous nos coups de cœur!

Finalement, de toutes les facettes que l’on a pu découvrir du Kazakhstan, ce sont les facettes “nature” et “expérience locale” que nous avons le plus apprécié! 

* Article rédigé d’après notre expérience personnelle *

42 Partages

Laisser un commentaire