Destination Ouzbékistan: notre guide voyage

2 Partages

Cheminant à travers l’Asie Centrale, nous avions un peu de temps devant nous (deux à trois semaines) avant d’entrer sur le territoire immense de Chine. Nous avons alors décidés de visiter l’Ouzbékistan en plein mois d’octobre pour profiter des derniers jours de soleil, pour s’imprégner de la culture ouzbèke, pour admirer la splendeur des villes de la Route de la Soie… Si ce délai, plutôt court, paraissait suffisant aux yeux de nombreux voyageurs croisés; il a été pour nous synonyme de « regret » – regret de ne pas être restés plus longtemps…


Que voir en Ouzbékistan?

Visiter les grandes villes de la Route de la Soie

On ne présente plus les incontournables grandes villes de la Route de la Soie: Samarcande, Boukhara et Khiva. Si le temps nous a manqué pour visiter cette dernière, nous avons savouré du regard les magnifiques mosquées, madrassa, caravansérails et mausolées qui font la renommée de ces villes. Un agréable retour dans le passé, pour les nouveaux grands voyageurs de cette mythique route!

Visiter la vallée de Ferghana

Isolée, oubliée, la vallée de Ferghana concentre pourtant toutes les merveilles du patrimoine ouzbek: la porcelaine de Rishtan, la soie de Marguilan, et beaucoup de traditions! C’est ici que nous avons découvert l’incroyable hospitalité des ouzbeks, les saveurs parfumées d’un Plov (ou Osh) parfaitement cuisiné, les Beshik (berceaux traditionnels et colorés), les Doppa  (chapeaux carrés arborés fièrement par les hommes) et bien sûr, les champs de coton dont la matière s’échappe d’un coup de vent pour parsemer les routes de la vallée. Assurément, l’un de nos plus beaux souvenirs en Ouzbékistan!

Voir les épaves de la Mer d’Aral

Si il ne reste plus grand-chose des bateaux de la Mer d’Aral côté kazakh; côté ouzbek, c’est une autre histoire: un grand cimetière de bateaux abandonnés se visite près de Muynak, une ville désertique située à l’ouest du pays!

Le Saviez-vous?

Des têtes marquées par le Beshik

Le Beshik est un berceau traditionnel en bois, dans lequel Bébé peut s’endormir en toute sérénité, bercé par Maman et… ligoté de toute part à son lit! Pas moyen de remuer, de se retourner ni de s’échapper: l’enfant ouzbek se retrouve littéralement « cloué au lit », avec un petit pot de chambre fixé sous le berceau pour ses besoins, et marqué au bout de plusieurs mois par l’expérience du Beshik avec son derrière de crâne aplati…

Des Doppa et de la Soie

Impossible de ne pas remarquer dans la rue ces vieux ouzbeks portant le Doppa, ce chapeau traditionnel de forme carrée, ni les robes colorées en soie arborées par certaines femmes: en Ouzbékistan, les traditions sont sacrées!

Méfie-toi du « chilik »…

En parlant de tradition, nous en avons découvert une qui nous a rappelé (très fortement!) le Ta’arof iranien: il s’agit du Tshilik, une forme de politesse qui consiste à t’inviter par simple courtoisie ou te faire des propositions qui ne sont pas toujours sincères… L’exemple typique? « Viens à la maison, le Plov est déjà prêt! »

Parlez-vous farsi?

Eh oui, à Boukhara et Samarcande on ne parle pas ouzbek mais… farsi! Farsi? Pourquoi donc? Et bien c’est à cause des nombreux Tadjiks, parlant farsi, qui se sont installés dans ces villes il y a plusieurs décennies… Les ouzbeks locaux se sont mis à apprendre cette langue; et aujourd’hui, pratiquement plus personne ne parle ouzbek à l’intérieur de Samarcande et Boukhara!

Mariages arrangés

Si les mariages arrangés sont assez répandu en Asie Centrale, c’est en Ouzbékistan que nous avons rencontré le plus de couples mariés suite à des accords passés entre deux familles… Des mariages souvent sans amour, toujours perpétrés pour respecter les traditions.

Un président ouvert

Après le règne strict de l’ancien président (qui a pris fin à la mort de celui-ci, en 2016); Shavkrat Mirziyoyev a été élu omme nouveau président de l’Ouzbékistan. Et les changements ne se sont pas fait attendre: frontières ouvertes, moyens financiers pour l’éducation, diffusion de programmes télévisuels étrangers… C’est aussi à lui que l’on doit l’exemption de visa de 90 jours pour les citoyens français!

Au pays des Chevrolet et des Damas

Impossible de parler de l’Ouzbékistan sans évoquer les Chevrolet et Damas (des mini-taxis partagés, accueillant au maximum 7 passagers) qui sillonnent les routes du pays! De la même façon que Peugeot règne en Iran, General Motors s’est parfaitement bien implanté en Ouzbékistan.

C’est du coton!

Quand il n’est pas utilisé pour faire de beaux vêtements ou comme emblème des traditionnelles tasses de thé, on retrouve le coton ouzbek un peu partout: dans les champs, à perte de vue, ou sur le pavé après être tombé du camion!

Le voyage alternatif en Ouzbékistan

Le budget

Bon à savoir: les prix courants!
– un somsa végétarien: 3000 – 5000 Som

L’autostop

Comme en Iran, l’autostop en Ouzbékistan n’est pas une pratique connue. Heureusement pour nous, nous sommes tombés sur des Ouzbeks bienveillants qui n’ont pas hésité à nous aider! En revanche, en direction des grandes villes de la route de la Soie (des endroits plutôt très touristiques), la plupart des conducteurs attendait de l’argent… Une petite explication avant de monter en russe (« dengi niet » et « taxi niet ») a suffit à éloigner les faux taxis – et les soucis! 

L’hospitalité

Il serait étonnant que tu ne sois pas invité dans un foyer ouzbek au cours de ton périple, tant les ouzbeks sont chaleureux et hospitaliers! Par bien des manières, l’accueil reçu nous a rappelé notre expérience iranienne, où nous étions reçus comme des rois (presque) partout. On a même développé une théorie – assez plausible: si l’hospitalité est si présente dans ces pays, c’est peut-être l’héritage de la Route de la Soie!

Note importante
 

En théorie, les autorités ouzbèkes exigent que les voyageurs s’enregistrent tous les 3 jours, soit en réservant des nuits à l’hôtel (attestation fournie par la réception) soit en s’enregistrant au poste de police local. En théorie seulement… car en 16 jours passés en Ouzbékistan, cette attestation d’enregistrement ne nous a jamais été demandée! Par sécurité, nous en avons fait faire une pour nos derniers jours afin de la présenter aux douaniers, grâce à notre dernier hôte qui avait des contacts dans l’hôtellerie.

Nos coups de coeur

Même si nous n’avons pas passé autant de temps que souhaité en Ouzbékistan, de gros coups de cœur se sont quand même dessinés:

Avant de reprendre nos sacs pour explorer la partie sino-orientale de la Route de la Soie, nous voulions dire une dernière fois « Raxmat » à tous ceux qui nous ont fait découvrir leur fabuleux pays!

Nos autres articles sur l’Ouzbékistan:

* Article rédigé d’après notre expérience personnelle *

2 Partages
Étiquettes:

4 commentaires sur “Destination Ouzbékistan: notre guide voyage”

  1. parfait ce blog, contrairement à de nombreux blogs, vous vous adaptez au situation vécue ‘ attente etc » sans râler vous vous adaptez aux us et coutumes locales ou administratives qui sont souvent fastidieuses dans ce genre de  » démocratie »
    petite question ou avez vous pris les visas pour Kasakhstan et Ouzebenkstan
    Bonne continuation et je vais vous suivre régulièrement
    JPS

    1. Merci Jean-Pierre pour ce message encourageant! Pour répondre à ta question, il n’y a plus besoin de VISA pour les ressortissants français pour le Kazakhstan (exemption 30 jours) ni pour l’Ouzbékistan (depuis peu).
      Au plaisir de te relire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *