Destination Croatie: notre guide voyage

0 Partages

Tout le monde connaît la Croatie, grâce aux images grandioses des parcs nationaux croates et de Dubrovnik, cette ville côtière fortifiée ayant servie de décor à de (très) nombreux films et séries… Pourtant, la Croatie ne se résume pas qu’à cela! Outre les parcs nationaux, la Croatie compte près d’un millier d’îles et d’îlots mais aussi des villes riches par leur patrimoine et leur histoire, comme Osijek ou Slunj… On te fait découvrir?


Visa et passage frontière

Pour les citoyens français

Depuis la Slovénie

SerialHikers stop autostop world monde tour hitchhiking aventure adventure alternative travel voyage sans avion no fly croatie korcula croatia
Korcula

Que voir en Croatie?

Explorer la côte dalmate, les îles et la péninsule croate

La côte dalmate, de Sibenik à Dubrovnik

Incontournable lors de votre périple en Croatie, la côte dalmate séduit inévitablement grâce au charme de ses villes: Zadar, Sibenik, Split, Ston (et Mali Ston)… Sans parler de la fameuse et incontournable ville fortifiée de Dubrovnik! Si l’occasion nous a manquée de visiter Zadar et son fameux orgue maritime, nous avons pris le temps nécessaire pour visiter les autres incontournables de la côte croate!

La péninsule croate

On a eu la chance de se faire proposer un hébergement à Orebic, ce qui nous a menés à visiter la presqu’île de Peljesac, et l’île de Korcula. Ce petit détour dans notre plan de route valait bien la peine d’être fait: la péninsule croate est une destination plus calme, mais tout aussi fantastique!

Les îles croates

Savais-tu que la Croatie compte près de 700 îles, faisant de l’archipel croate le second plus important (après la Grèce) de la mer Méditerranée? Il y a de quoi s’y perdre!… Lors de notre séjour, nous avons eu l’occasion d’en visiter une: 

  • Île de Brac: une île située à 50 minutes en ferry de Split, reconnue pour sa pierre blanche et son huile d’olive de qualité… auxquels on peut ajouter d’autres points de visite, comme le charmant village de Dol, la plage en pointe de Bol et le monastère de Pustijna Blaca (que nous n’avons pas eu l’occasion de faire)!
  • Île de Lastovo (non fait): elle nous a été recommandée, et on aurait bien aimé la visiter… La raison? En dehors des plages de sable blanc, des maisons typiques en pierre et toits en tuile rouge, les habitants de cette île y perpétuent une tradition très particulière appelée Poklad Lastovooù tous les ans, une poupée de paille représentant un soldat turc est détruite à coup de bombes! Les festivités, qui s’étendent de janvier à mars sont aussi marquées par des parades, danses typiques, grands buffets et concerts de cithare!

Le patrimoine croate

Osijek et Vukovar, des villes-musées à ciel ouvert

Osijek et Vukovar, ces noms ne te disent sans doute pas grand-chose… et pour cause, ces villes se situent plutôt loin de la côte et de l’attrait touristique que suscitent les villes fortifiées et les parcs nationaux! Pourtant, ce sont de vraies villes-musées à ciel ouvert qui méritent que l’on s’y attarde pour comprendre l’histoire de la Croatie.

Slunj et les intrigants moulins de Rastoke

En route pour le parc national de Plitvice? Arrête-toi à Slunj, une charmante ville située à une trentaine de kilomètres au nord du parc – et passes-y même quelques nuits! Car si tu n’es pas lassés de voir des cascades, tu seras comblé d’admirer celles de Rastoke, un quartier construit au nord de Slunj. En prime, tu pourras admirer tout le savoir-faire des habitants de Rastoke, qui ont su exploiter admirablement ces cascades naturelles en construisant un ensemble de moulins à eau… avec des roues à cuillère!

S’évader dans les parcs nationaux

Direction Plitvice, Krka et Papuk pour en admirer les cascades somptueuses, les eaux bleues-vertes, et le charme de la nature croate! Ces escapades grandioses, riches en émotions nous ont définitivement conquis: on y retournerait bien volontiers pour reprendre un grand bol d’air frais, hors saison et sans les cars de touristes!

NOTE IMPORTANTE: depuis 2019, le parc de Plitvice a mis en place un système de quota pour limiter les entrées en haute saison (d’avril à septembre). Durant cette période, il est vivement conseillé de réserver son billet à l’avance sur le site officiel du parc pour ne pas se retrouver refoulé à l’entrée!

Le saviez-vous?

La cravate croate

En langage serbo-croate, un habitant de la Croatie (Hrvatska) se nomme « Hrvat » ce qui, à l’oreille des français de la cour du roi Louis XIII pouvait donner « croate ». Mais que vient faire un roi de France dans cette histoire de cravate? Et bien tout simplement Louis XIII aurait payé des mercenaires croates qui, lorsqu’ils partaient en guerre, se faisaient nouer une sorte de foulard autour du cou par leurs femmes restées au pays… Cet accessoire fit fureur et on l’appela cravate, un dérivé du mot croate ou « Hrvat »…

Influence italienne

De l’huile d’olive dans la cuisine, des tuiles rouges: le style de vie croate sur la côte a des airs italiens, et cela n’a rien d’étonnant: au cours de l’Histoire, les Vénitiens ont contrôlé la côte croate pendant presque 400 ans!

Un pays en transition écologique

Si les croates ne trient pas encore les déchets (du moins, la collecte des déchets se fait par le même camion), les consignes de bouteilles de bières sont bien présentes en supermarché: une caisse de bouteilles vides rapportée donne lieu a une réduction sur le prochain achat… de bières!

HR-ollywood

Beaucoup de films sont tournés à Dubrovnik, dont la célèbre série Game of Thrones qui a sans doute contribué à faire grimper le tourisme local! Lorsque nous avons visité cette ville, nous avons pu apercevoir l’équipe de tournage du prochain film « Robin des Bois » (produit par Leonardo Di Caprio)… Classe non?

Salut nazi et camps de concentration

C’est un côté sombre de la Croatie que peu de touristes connaissent: les croates, alliés aux Nazis lors de la 2nde guerre mondiale, ont massacré plusieurs communautés dont majoritairement des Serbes, au camp de concentration de Jasenovac. Si le camp a cessé toute activité à sa fermeture en 1945, de nombreuses rumeurs font état de massacres perpétrés dans les années d’après-guerre. Le nazisme est quant à lui resté assez développé, car non réprimé par la police…

Un tourisme qui profite…

L’avantage d’habiter au bord de la mer Adriatique? Pouvoir louer, pendant l’été, une chambre ou deux aux touristes! Ainsi, le tourisme rapporte un beau complément de revenus aux croates vivant sur la côte; leur permettant même de vivre sans travailler l’hiver et de siroter un café, assis confortablement en terrasse. En langage croate, ce mode de vie « assez flemmard » porte un nom: Fjaka

Le voyage alternatif en Croatie

Le budget

Tu aimerais bien visiter la Croatie de façon alternative avec un petit budget? Ça tombe bien, on a quelques conseils à te donner!

  1. Pars hors saison! À 30 kunas (4€) le ticket d’entrée pour Plitvice versus 150 l’été (soit 20€!), on te laisse calculer l’économie réalisée… Et le tarif « basse saison » ne s’arrête pas qu’aux parcs nationaux: bus, ferry, locations, tout est revu à la baisse!
  2. Réalise des économies dans ton budget alimentaire en achetant des burek en boulangerie ou de quoi pique-niquer dehors (pain, ajvar, crudités, fromage…)
  3. Pense aux free tours, ces visites d’une à deux heure(s) avec un guide certifié, basées sur les pourboires: nous n’avons pas eu l’occasion de les faire à Split, Zagreb et Šibenik où elles sont proposées, mais nous ne pensons que du bien de celles faites dans les autres villes européennes que nous avons traversées!

12 – 15 Kunas

15 – 20 Kunas

SerialHikers stop autostop world monde tour hitchhiking aventure adventure alternative travel voyage sans avion no fly recettes recipes balkans
Soparnik

L’autostop

Après avoir traversé l’Italie et la Slovénie en autostop, on s’est amusés à lever le pouce en Croatie où la pratique nous a semblé bien plus facile! Si tu as des questions, n’hésite pas à échanger avec une communauté d’autostoppeurs sur le groupe Facebook Hitchhiking Balkan. En cas de grosse difficulté, tu pourras toujours te rabattre sur le covoiturage grâce au site Blablacar et au groupe Facebook Trazim-Nudim prevoz (la plupart des annonces étant faites en serbo-croate, on te conseille de rechercher les annonces « Nudim » = offre).

L’hospitalité

En traversant le pays en basse saison, nous n’avons eu aucune difficulté à trouver des hôtes pour nous héberger. Une autre alternative à l’hospitalité est le volontariat auprès des locaux: durant l’été, de nombreuses missions sont proposées pour la cueillette d’olives ou l’aide dans le tourisme (restauration, chambres d’hôtes, auberge de jeunesse…)

Nos coups de coeur

C’est parti pour la liste de nos coups de cœur, sans ordre de préférence:

Notre déception
 

Même si nous avons été relativement épargné par ce phénomène, beaucoup de Croates vivant sur la côte peuvent avoir un comportement désagréable envers les touristes: c’est ce qu’on appelle du tourismophobie (rejet du tourisme de masse). Les principales causes de ce rejet sont la surfréquentation des villes et lieux touristiques l’été, la hausse des loyers et l’augmentation des pollutions liées au tourisme (sonore, visuelle, déchets, etc).

En savoir plus sur la Croatie:

* Article rédigé d’après notre expérience personnelle *

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *