Destination Laos: notre guide voyage

2 Partages

Entre nos deux séjours au Vietnam (le premier, exempts de visa, et le second avec un visa touristique d’un mois), nous nous sommes décidés à visiter le Laos – un choix motivé par le besoin de ralentir le rythme, de se reposer, calmement, au cœur d’un pays réputé pour sa nature luxuriante et ses grottes gigantesques. Et si les paysages naturels spectaculaires étaient bien au rendez-vous, le Laos nous a réservé bien d’autres surprises – des surprises qui n’ont, finalement, pas rendu notre roadtrip si reposant: des challenges, un peu de corruption, pas mal d’attente en autostop et beaucoup de poussière avalée le long des routes défoncées!


Que voir au Laos?

Explorer les grottes du Laos

Les grottes de la boucle de Thakhek

Ceux qui se préparent à voyager au Laos ont sans doute entendu parler de la boucle de Thakhek: un grand itinéraire (environ 500 kilomètres) en forme de boucle, facilement réalisable au départ de la paisible ville de Thakhek, bâtie sur les bords du Mékong… Qui nous emmène à travers les grottes les plus spectaculaires du pays!
De ce parcours, on retiendra surtout la visite de 2 grottes magnifiques:
– La grotte, gratuite, de Xieng Liap (notre photo d’illustration)
– L’immense grotte souterraine de Konglor (payante, qui se visite par bateau)

Les grottes de Vang Vieng

Ne reste pas à Vang Vieng pour Vang Vieng: la ville, bruyante, sale et pervertie, ne mérite absolument pas le détour selon nous.
En revanche, à l’ouest de ce véritable enfer où règnent alcool et drogues, des  gros buggys et des excursions alcoolisés en tubing, on peut y trouver des petits coins de paradis – enfin surtout, de magnifiques grottes insoupçonnées comme la grotte de Tham Phu Kam (inclus dans le ticket donnant accès au Blue Lagoon 1) et la grotte, plus modeste, de Num Bor Keo (payante également).

S’émerveiller de la nature au Laos

La province oubliée de Houaphan

Qu’on se le dise: sortir des sentiers battus au Laos n’est pas chose facile, étant donné que cette destination reste assez populaire en Asie du Sud-Est… Pourtant, lorsque nous sommes rentrés au Laos en traversant la province de Houaphan, il n’y avait pas un seul routard, pas un seul aventurier, pas un seul vacancier en vue!
Alors oui, sur le papier, il n’y a pas grand-chose à voir dans le province de Houaphan (seulement le site archéologique de Hintang) – mais pour nous, il y avait tout à voir! Des villages avec des maisons traditionnelles en bambou aux montagnes ensevelies sous une abondante végétation tropicale, des routes défoncées en serpentin qui donnent la nausée, aux champs de bananiers et des rizières inondées, tout, mais absolument tout dégageait de la beauté et avait sa place dans un paysage qu’on pourrait qualifier de carte postale!

Les arbres morts de Thalang

Des troncs d’arbres morts, immergés dans un lac, à perte de vue… Ce paysage laotien nous a forcément rappelé les troncs submergés du lac Kaindy au Kazakhstan! À la seule différence que les arbres morts de Thalang le sont devenus à cause de l’Homme – en l’occurrence, à cause de la création d’un barrage hydro-électriaue et d’un grand lac artificiel…

Les lagunes bleues de Vang Vieng

Au Laos, toute attraction naturelle se retrouve payante – souvent avec un prix fixe de 10000 Kip/personne (soit environ 1€). Deux options s’offrent alors aux voyageurs: ou bien on accepte de sortir le porte-monnaie à chaque fois (et la somme peut vite grimper!), ou bien on se raisonne en choisissant avec soin les attractions que l’on souhaite faire… C’est comme cela que nous avons atterris au Blue Lagoon 1, une lagune très (trop?) populaire qui, avec son ticket d’entrée, donne également accès à l’immense grotte de Tham Phu Kam. Un bon compromis pour une journée de visite/détente à petit budget, mais certainement pas le meilleur choix de lagon pour se détendre!… Pour cela, n’hésite pas à t’éloigner d’avantage pour te baigner au Blue Lagoon 3 ou au Blue Lagoon 5.

Le plateau des Bolovens

Il s’agit d’une autre boucle, tout aussi populaire que celle de Thakhek, et vivement conseillée par les voyageurs qui ont sillonné le Laos! Et c’est vrai qu’en regardant les images des impressionnantes chutes d’eau du parcours, on aurait qu’une envie: celle de se perdre dans la végétation dense des plantations de café, jusqu’à se retrouver au pied d’une magnifique cascade cachée. Malheureusement pour nous, le temps était compté: il a fallu faire une croix sur le plateau des Bolovens et le sud du Laos, pour respecter la date d’entrée de notre visa vietnamien…

Se reposer au petit village de Mahaxay

Mahaxay, c’est le nom de ce petit village oublié, situé pourtant à moins d’une dizaine de kilomètres de la fameuse boucle de Thakhek. Un village oublié par la majorité des touristes, mais un village que l’on n’est pas prêts d’oublier: un véritable bout de paradis, construit sur les bords de la rivière Xe Bang Fai – une rivière menant à une autre grotte souterraine se visitant par bateau, moins touristique que celle de Konglor (grotte Xe Bang Fai river). Un bout de paradis où nous n’avons pas hésité à poser nos sacs, sous l’immense abri surplombant la rivière, invités à se reposer, bercés par le quotidien d’un petit village pittoresque, au milieu d’un paysage magnifique.

Le Saviez-vous?

Fermiers et Dip Khow

Le Dip Khow, quésaco? C’est le petit panier en bambou, contenant une bonne portion de riz gluant, que les fermiers et cultivateurs de riz laotiens emportent avec eux… lorsqu’ils vont aux champs!

Un héritage français encore présent

En tant que français, nous n’avons pas eu trop de mal à repérer les mots français inscrits un peu partout sur les bâtiments officiels, tels que « école », « poste »… Mais ce qui nous a le plus étonné, parmi ces restes de la colonisation française, ce sont les parties de « Bounes » – autrement dit, en bon français, les « parties de boules » ou de pétanque!

Un patchwork ethnique

Sais-tu que le Laos compte environ 160 ethnies différentes? Eh bien rassure-toi, nous ne le savions pas non plus avant d’être hébergés par un homme Khmu dans la province de Houaphan – qui nous a aussi rappelé que l’intitulé exact de son pays, en forme longue, est « République démocratique populaire du Laos » (englobant toutes les minorités ethniques du Laos)

Thai ou Lao?

Au Laos, la plupart des programmes TV diffusés sont thaïlandais. À vrai dire, ces deux langues sont si proches qu’il n’est pas compliqué pour un Laotien de comprendre le Thaï!

La guerre oubliée

Il n’y a pas que le Vietnam qui a souffert de la guerre: parmi les 7 millions de tonnes de bombes lâchées par l’armée américaine, au moins 2 millions de tonnes auraient été larguées au-dessus du Laos – faisant du Laos le pays le plus bombardé au monde. Raison invoquée? Contrer les soldats vietnamiens qui transitaient dans ce pays, et leur couper toute voie d’approvisionnement… Aujourd’hui encore, on peut observer quelques traces de cette guerre oubliée: aux environs de Thakhek, quelques tombes ont été érigées proche de la route principale menant au Vietnam pour ensevelir les corps des soldats viêtcongs tués sous les bombes…

Le voyage alternatif au Laos

Le budget

Bon à savoir: les prix courants!
– une soupe soupe de noodles végétarienne: 10000 – 15000 kip (pour les plus copieuses)
– une 0,5L de bière en épicerie: 10000 kip

L’autostop

Plutôt difficile! Il faut dire que le trafic peu dense sur les petites routes secondaires du Laos ne nous a pas aidés. Les conducteurs laotiens ne se sont pas arrêtés facilement non plus, même lorsque nous étions perdus au milieu de nul part, avec un panneau écrit en laotien… De tous les conducteurs qui se sont arrêtés pour nous, une bonne partie d’entre eux se trouvait être soit des chinois en voyage d’affaires, soit des chauffeurs routiers vietnamiens!
Hormis cela, lorsque nous avons été pris par des conducteurs laotiens, nous étions bien souvent invités à monter à l’arrière ouvert de leur pick-up, 4×4 neuf ou camionette!

L’hospitalité et le volontariat

Au Laos, l’hospitalité est différente de ce que l’on s’imagine: bien que deux familles nous ont ouvert les portes de leur maison, nous n’avons pas été pour autant invités à dormir à l’intérieur! Il faut dire que la plupart des maisons laotiennes sont très modestes, souvent faites en bois et sur pilotis, avec en général une seule pièce commune pour faire dormir toute la famille… Dans ces conditions, nous avons été plus que ravis de pouvoir planter notre tente dans un espace protégé (jardin clos), d’avoir accès à l’eau et aux toilettes, et de partager de très bons moments (et même des repas à base de riz gluant!) avec eux!

Côté volontariat, nous n’avons eu aucune difficulté à trouver une mission de volontariat dans un hostel de Vang Vieng, en particulier durant la haute saison touristique (de novembre à mars).  Tu peux également trouver au Laos plusieurs missions de volontariat à la ferme, ou en tant que professeur d’anglais!

Le bivouac

Le bivouac est toléré, mais fortement déconseillé dans les coins les plus reculés, en raison des bombes enterrées qui n’ont pas encore explosées!… Notre conseil: demande aux locaux, à l’aide d’un traducteur ou d’un dictionnaire d’images, si tu peux planter ta tente dans leur jardin ou à proximité en lieu sûr. Bien souvent, on te donnera également un accès à l’eau! 

Nos coups de coeur

Nous étions venus au Laos pour nous reposer, nous en sommes repartis encore plus fatigués… mais enchantés! Il faut dire que pour des amoureux de la nature comme nous, le Laos constitue une destination de choix! Voici nos coups de cœur dans ce pays:

  • Les grottes de la boucle de Thakhek
  • Mahaxay
  • Les paysages de la province oubliée de Houaphan

Khob chai Laos!

Nos déceptions
 

Nous n’avons pas du tout aimé Vang Vieng, devenu un repaire  pour les routards en quête d’alcool bon marché et drogues en tout genre. On ne sait pas ce qui a été le pire: côtoyer des hordes de touristes asiatiques bruyants, voir des jeunes vomir leurs tripes dans la rivière, cramponnés à leur bouée ou des inconscients foncer en pleine nature à bord de leur buggy polluant…

Nos autres articles sur le Laos:

* Article rédigé d’après notre expérience personnelle *

2 Partages
Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *